Teaching cognitive skills improves learning in surgical skills courses: a blinded, prospective, randomized study


    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

ObjectiveTo investigate the teaching of cognitive skills within a technical skills course, we carried out a blinded, randomized prospective study. MethodsTwenty-one junior residents (postgraduate years 1– 3) from a single program at a surgical-skills training centre were randomized to 2 surgical skills courses teaching total knee arthroplasty. One course taught only technical skill and had more repetitions of the task (5 or 6). The other focused more on developing cognitive skills and had fewer task repetitions (3 or 4). All were tested with the Objective Structured Assessment of Technical Skill (OSATS) both before and after the course, as well as a pre- and postcourse error-detection exam and a postcourse exam with multiple-choice questions (MCQs) to test their cognitive skills. ResultsBoth groups' technical skills as assessed by OSATS were equivalent, both pre- and postcourse. Taking their courses improved the technical skills of both groups (OSATS, p < 0.01) over their pre-course scores. Both groups demonstrated equivalent levels of knowledge on the MCQ exam, but the cognitive group scored better on the error-detection test (p = 0.02). ConclusionsCognitive skills training enhances the ability to correctly execute a surgical skill. Furthermore, specific training and practice are required to develop procedural knowledge into appropriate cognitive skills. Surgeons need to be trained to judge the correctness of their actions. ObjectiveNous avons procédé à une étude prospective randomisée à l'insu pour étudier l'enseignement des compétences cognitives dans le contexte d'un cours de compétences techniques. MéthodesOn a réparti au hasard 21 résidents débutants (années de formation postdoctorale 1 à 3) d'un même programme offert dans un centre de formation en techniques chirurgicales entre deux cours de formation en techniques chirurgicales où l'on enseignait l'arthroplastie totale du genou. Dans l'un des cours, on enseignait la technique seulement et le cours prévoyait plus de répétitions de la tâche (5 ou 6). Dans l'autre cours, on insistait davantage sur le développement de compétences cognitives, et les répétitions étaient moins nombreuses (3 ou 4). Tous se sont soumis au test d'évaluation structurée objective des compétences techniques (OSATS) avant et après le cours, ainsi qu'à un examen de détection des erreurs avant et après le cours et à un examen consécutif au cours comportant des questions à choix multiples (QCM) visant à vérifier leurs compétences cognitives. RésultatsLes compétences techniques des deux groupes évalués par le test OSATS s'équivalaient, à la fois avant et après le cours. Le cours a amélioré les compétences techniques dans les deux groupes (OSATS, p < 0,01) par rapport aux résultats antérieurs. L'examen QCM a démontré que les deux groupes possédaient des connaissances équivalentes, mais le groupe axé sur les compétences cognitives a obtenu de meilleurs résultats au test de détection des erreurs (p = 0,02). ConclusionsLa formation en compétences cognitives améliore la capacité d'exécuter correctement une technique chirurgicale. De plus, une formation spécifique et la pratique s'imposent pour intégrer la connaissance de l'intervention aux compétences cognitives appropriées. Il faut donner aux chirurgiens la formation dont ils ont besoin pour savoir juger que leurs interventions sont correctes.

    loading  Loading Related Articles