Effects of Goal Level on Performance: A Trade-Off of Quantity and Quality*

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

The previous literature on the effects of quantitative variations in goal level is examined and found wanting, on both theoretical and empirical grounds. Experiment I failed to replicate a linear effect of goal level on performance with a standard addition task. Experiments II, IIA, and IIB did replicate a goal effect with several ‘creativity’ tasks; the higher the goal, the more responses given. The quality of responses also changed as a systematic function of the goal level, with higher goal levels producing responses that were farther from ideal, in Euclidean distance. Experiment III showed the same effect, using selection of geometric figures from a fixed set with systematically varied properties. In Experiment IV, the addition task was changed to estimation of sums, to permit qualitative variations in response. Under these conditions, both quantity and quality of response changed as a function of goal level, as predicted. A cognitive theory is offered in place of the previous motivational theories: The goal level defines the task for the subject and induces a systematic trade-off of the quantitative and qualitative aspects of responses. Extensions into related work that can also be seen as quantity-quality trade-offs are discussed.

La littérature existante sur les effets produits par des variations quantitatives du niveau de l'objectif à atteindre est jugée insuffisante pour des raisons à la fois théoriques et empiriques. Une première expérience ne retrouve pas l'effet linéaire produit sur la performance par le niveau de l'objectif fixé dans une tâche d'addition usuelle. Les expériences II, IIA et IIB retrouvent cet effet dans diverses tâches de ‘créativité’: plus le niveau est élevé plus on observe de réponses. La qualité des réponses change aussi systématiquement en fonction du niveau de l'objectif fixé, les plus hauts niveaux entraînant des réponses plus éloignées de l'idéal (en distance euclidienne). L'expérience III montre le même effet, dans une tâche de sélection de figures géométriques parmi un ensemble déterminé dont les propriétés varient systématiquement. Dans l'expérience IV, la tâche d'addition est remplacée par une tâche d'estimation de sommes, permettant des variations qualitatives dans la performance. Dans ces conditions, comme on l'avait prévu, la quantité et la qualité des réponses varient en fonction du niveau de l'objectif fixé. La conclusion propose de remplacer par une théorie cognitive les théories motivationnelles existantes: le niveau de l'objectif définit la tâche pour le sujet et induit un compromis systématique entre les aspects quantitatifs et qualitatifs des réponses. Sont aussi discutées des applications possibles de la théorie à des travaux connexes pouvant aussi donner lieu à des compromis quantité-qualité.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles