Psychological and Behavioural Correlates of Cannabis use among Canadian Secondary School Students: Findings from the COMPASS Study


    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Objectives:The aim of this study was to investigate the sociodemographic, behavioural, and psychological characteristics of students who reported using cannabis in the school-year preceding cannabis legalization in Canada.Methods:Data were derived from 36,884 students attending 122 schools that participated in year 6 (2017–2018) of the COMPASS Study, a large, prospective cohort study that administers questionnaires annually in high schools across Canada. Multilevel logistic regression models were used to estimate the odds of past-year cannabis use among students. Predictor variables used in the models included indicators of mental health and disorder, other substance use, movement, and students’ sociodemographic characteristics. We tested the moderating effects of polysubstance use with interactions between binge-drinking, cigarette use, and e-cigarette use.Results:One in 4 students reported past-year cannabis use. Factors associated with higher odds of cannabis use included higher grade, more spending money, identifying as indigenous, use of other substances (binge-drinking, cigarettes, e-cigarettes, and opioid use), presence of depressive symptoms, and greater emotional dysregulation. Factors associated with lower odds of cannabis use included increased flourishing, recreational screen time of <2 hours per day, and adequate sleep time of 8 or more hours per night. Significant interactions between concurrent use of other substances on cannabis use were detected.Conclusions:Cross-sectional results suggest that students reporting greater psychological wellbeing and engagement in healthy behaviours are less likely to use cannabis. Future longitudinal research should investigate these associations as protective factors, and how the identified correlates may influence changes in student cannabis use patterns postlegalization.Objectifs:Le but de cette étude était d’examiner les caractéristiques sociodémographiques, comportementales et psychologiques des élèves ayant déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l’année scolaire précédant la légalisation du cannabis au Canada.Méthodes:Les données proviennent de 36 884 élèves de 122 écoles ayant participé à la 6e année (2017-2018) de l’étude COMPASS, une vaste étude de cohorte prospective qui administre des questionnaires chaque année dans les écoles secondaires du Canada. Des modèles de régression logistique à plusieurs niveaux ont été utilisés pour estimer les probabilités de consommation de cannabis au cours de la dernière année parmi les étudiants. Les variables prédictives utilisées dans les modèles comprenaient des indicateurs de la santé mentale et des troubles mentaux, de la consommation d’autres substances, des mouvements et des caractéristiques sociodémographiques des élèves. Nous avons testé les effets modérateurs de la consommation de polysomes avec les interactions entre consommation excessive d’alcool occasionnelle, usage de la cigarette et usage de la cigarette électronique.Résultats:Un étudiant sur quatre a déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année. Les facteurs associés à des probabilités de consommation de cannabis plus élevées incluent une classe supérieure, davantage d’argent de poche, l’identification comme étant autochtone, la consommation d’autres substances (consommation excessive d’alcool occasionnelle, cigarettes, cigarettes électroniques et consommation d’opioïdes), la présence de symptômes dépressifs et une plus grande dysfonction émotionnelle. Les facteurs associés à une probabilité plus faible de consommation de cannabis incluaient une durée accrue d’un dépistage de moins de 2 heures par jour, et de sommeil suffisant de 8 heures ou plus par nuit. Des interactions significatives entre la consommation simultanée d’autres substances et la consommation de cannabis ont été détectées.Conclusions:Les résultats transversaux suggèrent que les étudiants qui déclarent un plus grand bien-être psychologique et un comportement plus sain sont moins susceptibles de consommer du cannabis. Les futures recherches longitudinales devraient examiner ces associations en tant que facteurs de protection et déterminer comment les corrélats identifiés peuvent influencer les changements dans les habitudes de consommation de cannabis des élèves après la légalisation.

    loading  Loading Related Articles