Early understory succession following catastrophic wind damage in a deciduous forest


    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Early succession was followed in a 2.5-ha gap created by a severe wind storm in a 5.5-ha fragment of eastern North American deciduous forest. Understory vegetation cover by species, light, soil moisture, and levels of several major nutrients were measured in 1 × 2 m census plots 3 years prior to the disturbance. Coincidentally, the storm felled 50–55% of the trees over a portion of these plots. Vegetation cover by species was again measured in all plots 3 years following the disturbance. Species were grouped by growth form, and group cover values used to examine changes in the composition of the vegetation and to determine whether these changes were correlated with any measured predisturbance environmental variables. Given the size of the gap, shade-intolerant tree species were expected to increase but did not, most likely because of repression by the shrub layer. The main response to the disturbance appeared to occur through reorganization of existing vegetation. The value of predisturbance species cover data and limitations of our sample sizes are discussed.RésuméLes auteurs ont suivi le début de la succession dans une ouverture de 2,5 ha, créée par de forts vents, dans un fragment de 5,5 ha de forêt décidue de l'est de l'Amérique du Nord. Le recouvrement des espèces végétales du sous-étage, la lumière, l'humidité du sous-sol et la teneur en plusieurs éléments nutritifs majeurs ont été mesurés dans des placettes de recensement de 1 × 2 m, 3 ans avant la perturbation. Par coïncidence, la tempête a abattu, dans une partie des placettes, de 50 à 55% des arbres. Le recouvrement des espèces végétales a été remesuré dans toutes les placettes 3 ans après la perturbation. Les espèces ont été regroupées en fonction de leur forme de croissance et les valeurs de recouvrement des groupes ont été utilisées pour examiner les changements dans la composition de la végétation et pour déterminer si ces changements étaient corrélés avec une quelconque variable environnementale mesurée avant la perturbation. Compte tenu de la dimension de l'ouverture, on s'attendait à ce que la proportion d'espèces intolérantes à l'ombre augmente, mais cela ne s'est pas produit, très probablement à cause de leur répression par la strate arbustive. La principale réaction à la perturbation semblait être la réorganisation de la végétation existante. Les auteurs discutent de la valeur des données de recouvrement des espèces d'avant la perturbation et des limitations dues à la dimension des échantillons.

    loading  Loading Related Articles