The economics of using forests to increase carbon storage


    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Changes in forest-management practices have the potential to increase forest land carbon storage, which would help to reduce CO2 concentrations in the atmosphere linked to climate change and contribute to Kyoto Protocol targets for signatory countries. However, successfully increasing carbon storage while maintaining economic profitability is challenging because of the long planning horizons required for many forest activities and slow carbon sequestration rates in northern forests. The literature on the economics of forest management for carbon storage is unfortunately sparse and, in many instances, confused and misleading. Three carbon valuation equations are widely used that give contradictory results, with two of them (flow summation and average storage) ignoring the time-value carbon benefits and other essential data. Only the discounted carbon equation gives reasonably interpretable economic results. As well, many studies have omitted essential economic gradients that result in structurally questionable results. I review the literature, highlighting deficiencies in equations and how analyses are structured with the intent to produce a reasonable method of interpreting previous work and advice for future studies.RésuméDes changements dans les pratiques d'aménagement forestier ont la capacité d'accroître la séquestration du carbone par le territoire forestier. Cela pourrait aider à réduire les concentrations atmosphériques de CO2 associé aux changements climatiques et contribuer à l'atteinte des objectifs du protocole de Kyoto par les pays signataires. Cependant, réussir à accroître la séquestration du carbone tout en maintenant la profitabilité économique constitue un défi étant donné l'étendue des horizons prévisionnels inhérente à plusieurs activités forestières et la faiblesse des taux de séquestration dans les forêts nordiques. La littérature en économie forestière sur la séquestration du carbone est clairsemée et, dans plusieurs cas, confuse et trompeuse. Trois équations d'évaluation du carbone largement utilisées donnent des résultats contradictoires. Deux d'entre elles, concernant la sommation des flux et la séquestration moyenne, ne tiennent pas compte du coût d'opportunité des bénéfices de la séquestration du carbone ainsi que d'autres données importantes. Seule l'équation qui actualise le carbone fournit des résultats économiques qui peuvent être raisonnablement interprétés. Dans la même veine, plusieurs études ont omis des gradients économiques essentiels et livrent des résultats structurellement discutables. Dans cet article, nous passons en revue la littérature en soulignant les déficiences dans les équations utilisées et dans la façon dont les analyses sont structurées dans le but d'élaborer une méthode plus rigoureuse pour l'interprétation des travaux précédents et de faire quelques suggestions pour les études futures.[Traduit par la Rédaction]

    loading  Loading Related Articles