The Construct Validity of Differential Response Latencies in Structured Personality Tests

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

This research demonstrates that differential latencies for responding to personality test items contain interpretable information. In particular, we show that differential response latencies are a meaningful indicator of the presence of a trait. A total of 92 subjects responded to a series of microcomputerized personality test items reflecting four different traits on each of four occasions. Esti-mates of internal consistency, parallel forms reliability and test-retest stability suggested that the reliability of the response latencies was modest. Nonethe-less, differential response latencies showed excellent convergent validity for corresponding trait level measures, such as scale scores, self-ratings and peer ratings, and excellent discriminant validity for irrelevant trait level measures. Moreover, as predicted, the latencies for endorsing trait relevant items were negatively related to trait level measures whereas the latencies for rejecting items were positively related. Differential response latencies had no tendency to group together as a method factor. Rather, the pattern of convergent and discriminant relationships generalized across all four retest sessions. These results support the interpretation of differential latencies for responding to test items as a construct valid way of assessing the strength of a trait.

Cette recherche montre que les latences différentielles de réponse à des items de tests de personnalité renferment de l'information interprétable. Plus précisément, nous démontrons que ces latences sont un indicateur important de la présence d'un trait de personnalité. An total, 92 sujets ont répondu à une série d'items de tests de personnalité sur micro-ordinateur visant à faire ressortir quatre différents traits à chacune des quatre séances de tests. Les estimations relatives à la constance interne, à la fiabilité des formes paralléles et à la stabilité de la technique tests-retests portent à croire que la fiabilité des latences de réponse est modeste. Pourtant, les latences de réponse différentiel-les révélent une excellente validité convergente dans le cas des mesures quantitatives des traits pertinents, telles que les résultats obtenus d'aprés échelle, les auto-évaluations et les évaluations par les pairs, et une excellente validité discriminante dans le cas des mesures quantitatives des traits non pertinents. Par ailleurs, comme prédit, les latences dans le cas où les sujets adhèrent à des items correspondant à des traits pertinents sont négativement reliées aux mesures quantitatives des traits, tandis que les latences dans le cas où les sujets rejettent certains items sont positivement reliées. Les latences de réponse différentielles n'ont pas tendance à former un facteur de méthode. Plutôt, on remarque des liens généralisés de convergence et de discrimination tout au long des quatre séances de retests. Ces résultats confirment l'interpréta-tion selon laquelle les latences différentielles de réponse à des items de tests constituent un moyen conceptuel valide d'évaluer la force d'un trait.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles