Contribution des traits psychopathiques à l’évolution des problèmes de conduites de filles et de garçons d’âge scolaire primaire

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Les problèmes de conduites (PC) qui surviennent dès l’enfance sont à risque de persistance. Des travaux suggèrent que ce risque est accru lorsque les PC s’accompagnent de traits psychopathiques, opérationnalisés chez l’enfant par des dimensions d’insensibilité émotionnelle, d’égocentrisme-narcissisme et d’impulsivité-irresponsabilité. Les travaux sur ces traits se sont cependant centrés sur la dimension d’insensibilité émotionnelle et ne permettent pas d’établir si les trois dimensions des traits psychopathiques offrent une valeur prédictive ajoutée chez des enfants ayant des PC graves. Cette étude longitudinale a pour objectifs d’établir la contribution relative des trois dimensions de traits psychopathiques pour prédire l’évolution des PC chez des enfants présentant déjà ces problèmes à l’âge scolaire primaire et d’examiner si ces associations varient selon le genre. Les 213 participants ont été sélectionnés parmi les élèves de moins de 10 ans recevant des services psychoéducatifs à l’école et dont les PC atteignaient un seuil clinique. Les analyses de régression montrent que seule la dimension des traits d’impulsivité-irresponsabilité contribue à prédire les PC trois ans plus tard au-delà de la sévérité initiale des PC et du revenu familial, et ce, uniquement chez les garçons. Il est toutefois possible que la cohérence interne relativement peu élevée de l’échelle d’insensibilité émotionnelle dans l’étude ait pu nuire à la détection d’associations significatives entre ces traits et les PC. Néanmoins, ces résultats soulignent l’importance des traits d’impulsivité-irresponsabilité lors de l’évaluation clinique des garçons qui ont des PC dès l’enfance.

Early onset conduct problems (CP) are at high risk of persistence throughout childhood. In addition, previous research has suggested that CP are at higher risk of persistence when they co-occur with psychopathic traits. Among the three dimensions of psychopathic traits in children (callous-unemotional, narcissism, and impulsivity), research has mainly focused on callous-unemotional traits, and thus the predictive value of the three psychopathic traits dimensions among children with severe CP remains unclear. The present longitudinal study aimed to establish the relative contributions of the three dimensions of psychopathic traits in predicting later CP among elementary school-age children who showed severe CP at study inception, and to test for gender differences in these associations. The 213 participants were children younger than 10 years old at study inception who received professional services in school setting because of clinically significant CP. Multivariate regression analyses showed that among the three dimensions of psychopathic traits, only impulsivity predicted later CP over and above initial levels of CP and family income over a three year period. This relation was only observed in boys. However, the modest internal consistency of the callous-unemotional scale may have reduced the probability of detecting a significant association between these traits and later CP. Nonetheless, these results underline the importance of the impulsivity dimension of psychopathic traits in the clinical assessment of young boys who display an early onset pattern of severe CP.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles