A diverse late-glacial (Mackinaw Phase) biota from Leamington, Ontario

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

A sand pit at Leamington, Ontario, in southeastern Essex County in the southernmost part of Canada, has yielded many taxa of fossil animals and plants that are dated over 13 000 BP. The fossils are of both terrestrial and freshwater origin, and comprise a surprisingly diverse but coherent assemblage of molluscs, ostracodes, Chironomidae, Coleoptera, Turbellaria, Trichoptera, and a few fish bone fragments. This is the oldest known postglacial occurrence in Ontario for all animal groups. Paleoenvironments indicated by the taxa range from boreal forest to tundra; taxa are an in situ assemblage with little transport or reworking. Although this site has yielded the richest fossil record of this age yet found in Ontario, previous finds at a few sites on the north edge of the eastern Erie basin and in the southern Huron basin indicate plants were well established in southwestern Ontario by the time of the Mackinaw Phase interstadial when lowered lake levels likely facilitated their arrival from land areas to the south. This discovery greatly improves the prospects of finding fossils of this age even though the known record is still extremely limited. The site represents fortuitous preservation and discovery, and amply demonstrates that glacial lakes of this time, when much of the last ice sheet was still in existence, were far from barren of life and that the migration of biota into the area was quite rapid during ice retreat.

De nombreux taxons d'animaux et de plantes fossiles datant de plus de 13 000 ans avant le présent ont été trouvés dans une carrière de sable à Leamington, en Ontario, dans le sud-est du comté d'Essex, dans la partie la plus méridionale du Canada. Les fossiles ont des origines terrestres et d'eau douce et ils comprennent un assemblage étonnamment diversifié mais cohérent de mollusques, d'ostracodes, de chironomes, de coléoptères, de turbellariés, de trichoptères et de quelques fragments d'os de poissons. Cet endroit constitue la plus ancienne occurrence postglaciaire en Ontario de tous les groupes d'animaux. Les paléoenvironnements signalés par la plage des taxons varient de la forêt boréale à la toundra; les taxons constituent un assemblage in situ très peu déplacé ou retravaillé. Bien que ce site ait produit le plus riche profil fossile de cet âge trouvé à ce jour en Ontario, des découvertes antérieures à quelques sites à la bordure nord de l'est du bassin du lac Érié et dans le sud du bassin du lac Huron indiquent que des plantes étaient bien établies dans le sud-ouest de l'Ontario à l'époque de l'interstadiaire Mackinaw alors que les niveaux abaissés des lacs ont sans doute facilité leur arrivée en provenance de territoires plus au sud. Cette découverte améliore grandement les perspectives de trouver des fossiles de cet âge même si les données sont encore très limitées. Le site représente une conservation et une découverte fortuites et démontre de manière significative que les lacs glaciaires de cette époque, alors que la dernière nappe glaciaire existait encore, étaient loin d'être stériles et que la migration du biote dans la région s'est effectuée assez rapidement lors du retrait de la glace.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles