Does Motion-induced Grouping Modulate the Flanker Compatibility Effect?: A Failure to Replicate Driver & Baylis

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Several experiments explored the possibility that motion-induced grouping would modulate the spatial distribution of the flanker compatibility effect (FCE). Subjects were required to make a speeded decision about a central target letter embedded in a five letter string. On each trial the identity of the near or far letters was either compatible or incompatible with the correct response while the remaining letters were neutral. In contrast to the findings of Driver & Baylis (1989), when the far distractors and the target moved together while the near distractors remained stationary, we did not find that the FCE for the far distractors was greater than the FCE for the stationary near distractors. Moreover, the pattern of response latencies in this moving condition were not different from what we observed when all letters remained stationary. Accuracy was affected, but not in the direction predicted by the view that attention is directed to perceptual groups. Modulation of the distribution of attention in response to motion-induced grouping is not a robust phenomenon. Nevertheless, a simple spotlight model of attention is challenged by demonstrations in the literature that perceptual grouping mediated by static properties such as closure, colour and good continuation strongly influence the spatial distribution of the FCE and that the allocation of attention in search is strongly influenced by stimulus motion.

Plusieurs expériences ont eu pour objet de vérifier si le groupement induit par le mouvement modulerait la distribution spatiale de l'effet de compatibilité du distracteur. Les sujets devaient prendre rapidement des décisions concernant une lettre cible placée au milieu d'une suite de cinq lettres. À chaque essai, l'identité des lettres proches ou éloignées était compatible ou non avec la réponse exacte, et les autres lettres étaient neutres. Contrairement aux résultats qu'ont obtenus Driver et Baylis (1989) lorsque les distracteurs éloignés et la cible se déplaçaient ensemble et que les distracteurs plus proches demeuraient immobiles, l'effet de compatibilité du distracteur n'était PAS plus grand dans le cas des distracteurs éloignés qu'il ne l'était pour les distracteurs immobiles et plus proches. Par ailleurs, le pattern des latences de réponse n'était pas différent de celui que nous avons observé quand toutes les lettres étaient immobiles. Le déplacement des lettres influait sur l'exactitude, mais non pas dans le sens prédit d'après le point de vue que l'attention est dirigée vers les groupes perceptifs. La modulation de la distribution de l'attention en réponse à un groupement induit par un mouvement ne constitue pas un phénomène rigoureux. Néanmoins, on remet en question un simple modèle de l'attention reposant sur la métaphore du modèle du faisceau intentionnel dans des expériences que renferme la littérature et qui démontrent que le groupement perceptif où entrent en jeu des propriétés statiques telles la fermeture, la couleur et la bonne continuité influence considérablement la distribution spatiale de l'effet de compatibilité. En outre, d'aprés ces expériences, la répartition de l'attention du sujet effectuant une tâchc de recherche est fortement influencée par le stimulus en mouvement.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles