The Development of Joke and Irony Understanding: A Study With 3- to 6-Year-Old Children

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Previous research suggests that comprehending ironic utterances is a relatively late-developing skill, emerging around 5–6 years of age. This study investigated whether younger children might show an earlier understanding when ironic utterances are performed in familiar communicative situations, and investigated the relationships among irony comprehension, language, and theory of mind (ToM) abilities. A group of 100 children aged 3.0–6.5 years was presented with 4 types of puppet scenarios depicting different communicative interactions: control, joke, contingent irony and background irony stories. Results suggested that (a) even younger children easily understand jokes, and may sometimes understand ironies; (b) children’s comprehension of irony continues to develop across early childhood; and (c) receptive vocabulary scores had simultaneous effects on irony comprehension and ToM performance.

Les recherches antérieures suggèrent que la compréhension d’énoncés ironiques est une capacité qui se développe relativement tard, vers l’âge de 5 ou 6 ans. La présente étude cherchait à déterminer si les enfants plus jeunes pouvaient témoigner d’une compréhension d’énoncés ironiques exprimés dans le cadre de situations de communication familières. En outre, elle cherchait à déterminer les relations possibles entre la compréhension de l’ironie, le langage et les processus cognitifs de la théorie de l’esprit. On a présenté à un groupe de 100 enfants, âgés de 3,0 à 6,5 ans, 4 types de scénarios mettant en scène des marionnettes pour illustrer différentes interactions communicationnelles: situation contrôle, blague, ironie contextuelle et ironie basée sur des connaissances antérieures. Les résultats obtenus suggèrent a) que les enfants plus jeunes comprennent aisément les blagues et parfois l’ironie; b) la compréhension de l’ironie se développe au cours de la petite enfance; c) les scores pour les mots compris avaient des effets à la fois sur la compréhension de l’ironie et le rendement sur le plan de la théorie de l’esprit.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles