A Computational Account of the Production Effect: Still Playing Twenty Questions With Nature

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

People remember words that they read aloud better than words that they read silently, a result known as the production effect. The standing explanation for the production effect is that producing a word renders it distinctive in memory and, thus, memorable at test. By 1 key account, distinctiveness is defined in terms of sensory feedback. We formalize the sensory-feedback account using MINERVA 2, a standard model of memory. The model accommodates the basic result in recognition as well as the fact that the mixed-list production effect is larger than its pure-list counterpart, that the production effect is robust to forgetting, and that the production and generation effects have additive influences on performance. A final simulation addresses the strength-based account and suggests that it will be more difficult to distinguish a strength-based versus distinctiveness-based explanation than is typically thought. We conclude that the production effect is consistent with existing theory and discuss our analysis in relation to Alan Newell’s (1973) classic criticism of psychology and call for an analysis of psychological principles instead of laboratory phenomena.

Les gens se rappellent les mots qu’ils ont lus à haute voix mieux que ceux qu’ils ont lus silencieusement, un résultat appelé « effet de la production ». Cet effet serait attribuable au fait que lecture d’un mot à haute voix en accroît la distinctivité dans la mémoire, ce qui le rendrait plus facile à retenir. Selon un compte-rendu d’importance, la distinctivité est définie au moyen de la rétroaction sensorielle. Nous avons formalisé ce compte-rendu de rétroaction sensorielle au moyen de MINERVA 2, un modèle de la mémoire standard. Ce modèle s’adapte au résultat de base de la reconnaissance et au fait que l’effet de la production de la liste mixte est supérieur à celui de liste pure, que l’effet de la production est robuste face à l’oubli, et que les effets de la production et de la génération ont un effet cumulatif sur le rendement. Une dernière simulation est axée sur l’explication basée sur les forces et suggère qu’il sera plus difficile de faire la distinction entre une explication basée sur les forces et une explication basée sur la distinctivité, plus répandue. Nous concluons que l’effet de la production est conforme à la théorie actuelle, pour ensuite discuter de notre analyse en relation avec la critique d’Alan Newell (1973) de la psychologie tout en souhaitant que soit réalisée une analyse de principes psychologiques plutôt que de phénomènes de laboratoire.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles