How Different Cultures Look at Faces Depends on the Interpersonal Context

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Culture can influence how we see and experience the world, and recent research shows that it even determines how we look at each other. Yet, most of these laboratory studies use images of faces that are deprived of any social context. In the real world, we not only look at people’s faces to perceive who they are, but also to signal information back to them. It is unknown, therefore, within which interpersonal contexts cultural differences in looking at faces emerge. In the current study, we manipulated one aspect of the interpersonal context of faces: whether the target face either established mutual gaze looking directly into the camera as if talking to the viewer or averted gaze slightly to the side as if talking to another person. East Asian and Western participants viewed target face videos while their eye movements were recorded. If cultural differences are exclusively related to encoding information from others, interpersonal context should not matter. However, if cultural differences are also the result of culturally specific expectations about how to appropriately interact with another person, then cultural differences should be modulated by whether the speaker seemingly addresses the viewer or another person. In support of the second hypothesis, we only find cultural differences in looking at faces in the mutual gaze condition. We speculate that cultural norms surrounding the use of gaze as a social signal may underlie previous findings of cultural differences in face perception.

La culture peut influencer la façon dont nous percevons le monde et vivons nos expériences. Les recherches récentes montrent qu’elle détermine même comment nous nous regardons. Or, la majorité de ces études de laboratoire utilisent des images de visages dépourvues de tout contexte social. Dans le monde réel, nous ne regardons pas que le visage des gens pour les identifier mais aussi pour leur renvoyer des informations. Par conséquent, on ne sait pas au sein de quels contextes interpersonnels les différences culturelles apparaissent au niveau du regard des visages. Dans la présente étude, nous avons manipulé un aspect du contexte interpersonnel des visages c’est-à-dire si le visage cible établissait un regard mutuel en regardant directement dans la caméra comme s’il s’adressait au spectateur ou s’il évitait le regard en tournant la tête légèrement sur le côté comme s’il parlait avec quelqu’un d’autre. Des participants venant de l’est et de l’ouest de l’Asie ont visionné des vidéos de visages cibles pendant que l’on enregistrait leurs mouvements oculaires. Si les différences culturelles sont exclusivement associées à l’encodage d’informations d’autres personnes, le contexte interpersonnel ne devrait pas entrer en ligne de compte. Or, si les différences culturelles sont également le résultat d’attentes spécifiques sur le plan culturel quant à la façon appropriée d’interagir avec une autre personne, alors les différences culturelles devraient être modulées selon que la personne qui parle semble d’adresser au spectateur ou à une autre personne. En accord avec la deuxième hypothèse, nous constatons des différences culturelles au niveau du regard des visages seulement dans la condition du regard mutuel. Nous croyons que des normes culturelles entourant l’utilisation du regard comme signal social pourraient étayer des résultats antérieurs de différences culturelles au niveau de la perception des visages.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles