Dispersal of male and female Antarctic fur seals (Arctocephalus gazella)

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

This study examined the foraging locations of adult male and female Antarctic fur seals (Arctocephalus gazella) in the Scotia Sea during the postbreeding period. Satellite transmitters were used to track adult males and females and to obtain information about dive depths. Male fur seals migrated away from the breeding area during the postbreeding period whereas females remained close to the breeding grounds and foraged in the same area during two consecutive years. The most intensive foraging by females was associated with the edge of the continental shelf of South Georgia. Males dived deeper than females. Counts of males at South Georgia and at the South Orkney Islands support the result from satellite tracking data showing that males move from South Georgia to the South Orkney Islands at the end of the breeding season. Unlike males, females were limited in their foraging range by the necessity to return to feed dependent young, so breeding sites are likely to be located close to foraging areas that are optimal for females. Locations used for feeding by females were avoided by males, either because they were suboptimal for males or because foraging by females at South Georgia causes local depletion of food, and males, which have the option to forage further afield, can forage more successfully in regions where there are no females. Comparison with fisheries data also suggests that these fur seals are targeting the most abundant exploitable prey.

Cette étude porte sur les lieux d'alimentation des otaries des Kerguelen (Arctocephalus gazella) adultes, mâles et femelles, dans la mer de Scotia après la période de reproduction. On a utilisé des émetteurs satellitaires pour pister des mâles et des femelles adultes et pour obtenir de l'information sur leur profondeur de plongée. Les otaries mâles se sont éloignées de l'aire de reproduction après l'accouplement tandis que les femelles sont demeurées à proximité et se sont alimentées dans la même région durant deux années consécutives. C'est à la bordure de la plate-forme continentale de l'île South Georgia que les femelles se sont alimentées le plus intensivement. Les mâles plongeaient plus profondément que les femelles. Les dénombrements des mâles à l'île South Georgia et aux îles South Orkney confirment les résultats du pistage satellitaire qui montre que les mâles passent de l'île South Georgia aux îles South Orkney à la fin de la période de reproduction. À la différence des mâles, les femelles sont limitées quant à leur aire d'alimentation du fait qu'elles doivent retrouver leurs petits pour les nourrir, de sorte que les sites de reproduction doivent probablement se trouver près des aires d'alimentation qui sont optimales pour les femelles. Les lieux d'alimentation des femelles étaient évités par les mâles, soit qu'ils étaient sous-optimaux pour ces derniers, soit parce qu'en s'alimentant à l'île South Georgia, les femelles réduisent localement les ressources alimentaires, et les mâles, qui peuvent aller s'alimenter à distance des aires de reproduction, peuvent mieux se nourrir dans des régions exemptes de femelles. La comparaison avec les données sur les pêches laisse aussi penser que ces otaries recherchent la proie exploitable la plus abondante.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles