Particle retention by non-suspension-feeding cyprinid fishes

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Insectivorous Sacramento squawfish (Ptychocheilus grandis) and omnivorous benthic-feeding California roach (Hesperoleucus symmetricus) were exposed to suspended styrene microspheres (31–90 μm) or brine shrimp cysts (210–300 μm) in the presence of finely crushed Tetramin flakes or adult Artemia. These fish species retained small numbers of microspheres, and significantly more brine shrimp cysts than microspheres. During a 10-min period, they swallowed all of the brine shrimp cysts from a volume of water equivalent to 1–15 times their body volume. Squawfish and roach do not possess the morphological features of the branchial apparatus and palate that are associated with suspension feeding in confamilial Sacramento blackfish (Orthodon microlepidotus). The brine shrimp cysts could have been trapped between squawfish and roach gill rakers, while the microspheres as well as the brine shrimp cysts could have been retained on mucus-covered buccopharyngeal surfaces. These results suggest that non-suspension-feeding fish species may ingest small suspended particles routinely, with energetic and ecotoxicological implications that deserve further study.

Nous avons exposé des spécimens de Ptychocheilus grandis, un poisson insectivore, et de Hesperoleucus symmetricus, un poisson omnivore se nourrissant sur le fond, à des microsphères de styrène (31–90 μm) en suspension ou à des kystes d'Artemia (210–300 μm) en présence de flocons de Tetramin finement broyés ou d'Artemia adultes. Les microsphères ont été retenues en petit nombre chez les deux poissons; les kystes d'Artemia retenus étaient beaucoup plus nombreux. Au cours d'une période de 10 min, les poissons ont ingéré tous les kystes d'Artemia présents dans un volume d'eau équivalant à 1–15 fois leur volume corporel. Ni l'un ni l'autre des deux poissons ne possède les caractéristiques morphologiques propres à l'appareil branchial et au palais d'Orthodon microlepidotus, espèce de la même famille qui se nourrit d'organismes en suspension. Il se peut que les kystes aient été coincés entre les branchicténies des sujets, alors que les microsphères, de même que des kystes, pourraient avoir été retenus sur les surfaces buccopharyngiennes couvertes de mucus. D'après ces résultats, il se pourrait que les poissons non suspensivores ingèrent régulièrement des petites particules en suspension, un phénomène dont les conséquences, sur le plan énergétique et écotoxicologique, devraient être étudiées.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles