Marine reserves: patterns of adult movement of the coral trout (Plectropomus leopardus (Serranidae))

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Movements of Plectropomus leopardus (Serranidae), a major fisheries species, across marine reserve boundaries were investigated on the Great Barrier Reef, Australia. Mark-release-recapture and ultrasonic telemetry were used to assess movements. Mark-release-recapture used hook and line as the method of capture and underwater visual census (UVC) as the “recapture” tool. Catch rates were significantly higher in zones closed to fishing, despite UVC indicating no significant differences in density between closed and open zones. Of 183 fish marked with numerical freeze brands, 93 estimates of movements of branded fish were obtained. No branded fish was recorded to cross the reserve boundaries during the 2-month study, probably due to the initial decision to allocate capture effort evenly across the study area, rather than concentrating it on reserve boundaries. Fish carrying ultrasonic transmitters, and having home ranges straddling reserve boundaries, crossed boundaries on average 15.3 times ·month−1. The mean distance moved by freeze branded specimens between capture and recapture was significantly larger in areas closed to fishing than in those open to fishing. However, mean distance moved per day determined by ultrasonic telemetry did not differ between areas closed and open to fishing. This study suggests low flux rates of adult P. leopardus across marine reserve boundaries.

Les déplacements de Plectropomus leopardus (Serranidae), une espèce faisant l'objet d'une importante exploitation commerciale, de part et d'autre des frontières d'une réserve marine ont été étudiés dans la région de la Grande Barrière, en Australie. Pour évaluer les déplacements, on a utilisé une méthode de marquage-recapture et la télémétrie ultrasonique. Pour le marquage-recapture, on a capturé les poissons à l'hameçon, et la « recapture » a consisté en un relevé visuel sous-marin. Les taux de capture étaient significativement plus élevés dans les zones où la pêche était interdite, alors que, selon les relevés visuels sous-marins, il n'y avait pas de différences significatives de densité entre les zones où la pêche était interdite et les zones où la pêche était permise. Sur 183 poissons marqués avec des cryomarques numériques, on a obtenu 93 estimations de déplacements de poissons marqués. Aucun poisson marqué observé n'a traversé les frontières de la réserve durant les 2 mois de l'étude, probablement à cause de notre décision initale de distribuer l'effort de capture uniformément dans l'aire d'étude plutôt que de le concentrer aux frontières de la réserve. Les poissons portant des émetteurs ultrasoniques et dont le domaine vital chevauche les frontières de la réserve ont traversé les frontières 15,3 fois ·mois−1 en moyenne. La distance moyenne parcourue par les spécimens cryomarqués entre la capture et la recapture était significativement plus grande dans les zones où la pêche était interdite que dans les zones où la pêche était permise. Toutefois, les distances moyennes parcourues par jour, déterminées par la télémétrie ultrasonique, étaient similaires dans ces deux types de zone. Cette étude laisse penser que le flux de P. leopardus adultes aux frontières de la réserve marine est faible.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles