Overwinter growth and survival of age-0 largemouth bass (: revisiting the role of body sizeMicropterus salmoides: revisiting the role of body size): revisiting the role of body size

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

How large size affects overwinter growth and survival of age-0 fish may vary as a function of food, predation, and energetic condition. During two winters in Ohio, we assessed how these factors affected growth and survival of varying sizes of age-0 largemouth bass (Micropterus salmoides) by combining a field survey (N = 2 reservoirs) with multiscale experiments (reservoirs, ponds, outdoor pools). In our survey, more small (< 100 mm total length) individuals died by spring in one reservoir than in the other. Similarly, when we stocked two reservoirs with marked age-0 largemouth bass in fall, mortality of small individuals was higher in one system overwinter, potentially due to differences in predation intensity. In ponds during two winters, size-selective mortality of small largemouth bass occurred in only two of eight ponds, potentially as a function of cannibalism. Varying ration in pools (starved, 0.5× maintenance, or 1.5× maintenance) did not affect survival, even though starved individuals lost substantial wet weight and energy content. Only when predators were present did small individuals die at high rates, although energy depletion may have contributed to predatory mortality. To increase the probability of overwinter survival, managers should seek to improve first-summer growth, reduce winter predation, and increase winter forage.

Chez le poisson d'âge-0, l'influence de la taille sur la croissance et la survie en hiver varie en fonction de la nourriture, de la prédation et de l'état énergétique. Pendant deux hivers en Ohio, nous avons cherché à déterminer comment ces facteurs influent sur la croissance et la survie de l'achigan à grande bouche (Micropterus salmoides) d'âge-0 de différentes tailles en combinant les résultats d'un relevé sur le terrain (N = 2 réservoirs) à ceux d'expériences à diverses échelles (réservoirs, étangs et mares). D'après le relevé, le nombre de spécimens de petite taille (longueur totale < 100 mm) morts au printemps était plus élevé dans un des deux réservoirs étudiés. Nous avons ensemencé en automne deux réservoirs en y lâchant des achigans marqués d'âge-0; dans ce cas aussi, la mortalité des petits sujets était plus importante dans un des deux réservoirs à la fin de l'hiver, l'écart étant peut-être dû à une différence d'intensité de prédation. Par ailleurs, nous avons étudié huit étangs durant deux hivers et nous n'avons constaté de mortalité chez les achigans de petite taille que dans deux d'entre eux; la mortalité observée pourrait avoir été due au cannibalisme. Nous avons soumis les populations des mares à des régimes alimentaires différents (jeûne, demi-ration d'entretien ou une fois et demi la ration d'entretien): le régime alimentaire n'a pas influé sur la survie et ce, malgré une baisse considérable du poids humide et de la teneur énergétique chez les sujets soumis au jeûne. Chez les achigans de petite taille, la mortalité n'a été élevée que dans les mares où il y avait des prédateurs; la baisse d'énergie a toutefois pu contribuer à la mortalité par prédation. Pour augmenter les chances de survie de l'achigan, les gestionnaires doivent prendre des mesures pour améliorer la croissance des poissons en été et pour réduire la prédation en hiver, et augmenter les rations en hiver.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles