Influence of settlement time and size on postsettlement growth in the American lobster (Homarus americanus)

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

We investigated the size and timing of settlement of postlarval (fourth instar) American lobster (Homarus americanus) and the size attained by the end of the first growing season. Mean size and duration of benthic instars (IV-XI) were obtained from a field growth experiment. Lobsters settling in early- and mid-season were larger at each instar and had different growth profiles than late-season settlers. In particular, the rate of growth at the fifth and sixth instar transition was greater for early- and mid-season settlers than for late-season settlers. Postlarvae settling early reached the ninth instar sooner than mid- or late-season settlers. Estimates of size and intermolt duration of each instar for early- and late-season postlarvae were applied to planktonic postlarval data (1988–1995) to estimate growth trajectories during the first year. For all years, postlarvae present early in the season were 30–50% larger (carapace length) and two or three instars further developed than late settlers by the end of the growing season. Estimates of size attained by the end of the 1994 growing season matched field-collected benthic size frequency data for this same year. Although initial carapace length at settlement was important, the timing of settlement was more influential on the size attained by the end of the first growing season.

Nous avons étudié la taille et le moment de l'établissement sur le fond marin des homards (Homarus americanus) postlarvaires (quatrième stade) ainsi que la taille atteinte au terme de la première saison de croissance. La taille moyenne et la durée moyenne des stades benthiques (IV à XI) ont été déterminées au moyen d'une expérience de croissance sur le terrain. Les homards qui se sont établis sur le fond au début ou au milieu de la saison de croissance (qualifiés ci-dessous de précoces) étaient plus grands à chaque stade et affichaient des caractéristiques de croissance différentes de celles des homards s'étant établis plus tardivement (tardifs). En particulier, le taux de croissance durant la transition entre les stades V et VI était plus élevé chez les homards précoces que chez les homards tardifs. Les postlarves précoces sont parvenues au stade IX plus rapidement que celles qui s'étaient établies vers le milieu de la saison ou plus tardivement. On a appliqué les estimations de la taille et de la durée de l'intermue de chaque stade des postlarves précoces et tardives aux données sur les postlarves planctoniques (1988–1995) afin d'estimer l'évolution de la croissance au cours de la première année. Pour toutes les années, les postlarves précoces étaient, à la fin de la saison de croissance, 30 à 50% plus grandes (longueur de la carapace) que les postlarves tardives, et elles avaient connu deux ou trois stades de plus que ces dernières. Les estimations de la taille atteinte à la fin de la saison de croissance de 1994 se comparaient à la distribution de fréquence de la taille observée au cours de la même année chez des spécimens récoltés sur les fonds marins. Si la taille initiale de la carapace au moment de l'établissement sur les fonds marins jouait un rôle important, le moment de l'établissement influait davantage sur la taille atteinte à la fin de la saison de croissance.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles