Maternal influence and population differences in activities of mitochondrial and glycolytic enzymes in emergent sockeye salmon (Oncorhynchus nerka) fry

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Full-sib groups were created from two reproductively isolated sockeye salmon (Oncorhynchus nerka) populations, Weaver and Gates creeks, to test the hypotheses that prefed, emergent fry from different populations have different energetic capacities as revealed by whole-body maximal enzyme activities and that maternal influences account for a large portion of the variability in enzyme activities within fry populations. Weaver fry had higher mass-specific activities for lactate dehydrogenase, citrate synthase, and cytochrome c oxidase as well as higher protein-specific activities of lactate dehydrogenase. We ascribed these higher enzyme activities to the associated performance requirement of a more difficult prefeeding fry migration for Weaver fry. There were significant differences in mass- and protein-specific enzyme activities for all three enzymes among maternal broodlines within each population, suggesting that genetic differences existed among families. This study of maximal enzyme activities in juvenile sockeye highlights the importance of maternal influences, potential adaptive significance of differences in metabolic capacity, and the need for examining cellular physiology in an ecological perspective.

Nous avons créé des groupes entièrement formés de frères et de soeurs à partir de deux populations génétiquement isolées de saumons rouges (Oncorhynchus nerka), soit celles de Weaver et de Gates, afin de vérifier les hypothèses selon lesquelles des alevins nourris d'avance qui émergent de différentes populations ont des capacités énergétiques différentes d'après les activités enzymatiques maximales de leur corps entier et les influences maternelles expliquent en grande partie la variabilité des activités enzymatiques chez les populations d'alevins. Les alevins de Weaver possèdent des activités spécifiques à la masse supérieures pour la lactate déshydrogénase, la citrate synthase et la cytochrome c oxydase, ainsi que des activités spécifiques aux protéines plus grandes pour LDH. Nous expliquons ces activités enzymatiques plus élevées par des obligations de performance associées à une migration plus difficile avant l'alimentation chez les alevins de Weaver. Il y a des différences dans les activités spécifiques à la masse et aux protéines pour les trois enzymes en fonction de lignées reproductrices maternelles dans chaque population, ce qui indique qu'il existe des différences génétiques entre les familles. Notre étude des activités enzymatiques maximales chez les jeunes saumons rouges met en lumière l'importance de l'influence maternelle, la valeur adaptative potentielle des différences de capacité métabolique et la nécessité d'examiner les résultats de la biologie cellulaire dans une perspective écologique.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles