Growth analysis and age validation of a deepwater Arctic fish, the Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides)

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

The accuracy of age interpretations on a deep-sea, Arctic fish species, the Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) was tested using several age validation methods. Consistent annual growth increments were either not formed or not visible in either whole or sectioned otoliths from three fish marked with oxytetracyline and recaptured after 2–4 years at liberty. Bomb radiocarbon assays based on a local reference chronology indicated that both whole and sectioned otoliths underestimated age by 1–15 years, with an average of 6 years. Growth rates estimated using the tag recapture model GROTAG were consistent with growth rates based on the radiocarbon assays and were less than half that of previously reported growth rates. The failure of otolith sections to provide an accurate age is unusual, but may be symptomatic of very slow-growing species with unusually shaped otoliths. Greenland halibut living in the deep-sea, Arctic environment are slower growing and longer lived than previously suspected, suggesting that the age-structured basis for current fisheries management warrants careful examination. Our results highlight the importance of using rigorous tests of ageing accuracy for exploited species and confirm that such age validation methods can be applied successfully in challenging environments such as the deep sea or the Arctic.

Nous vérifions, à l'aide de plusieurs méthodes de validation de l'âge, la précision des interprétations de l'âge chez une espèce de poisson marin arctique, habitant les eaux profondes, le flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides). Chez trois poissons marqués à l'oxytétracycline et recapturés après 2–4 années de liberté, il ne s'était pas formé d'incréments uniformes de croissance annuelle ou alors ces derniers n'étaient pas visibles dans des otolithes entiers ou sectionnés. Des dosages du radiocarbone relié aux essais nucléaires basés sur une chronologie locale de référence montrent que l'utilisation des otolithes entiers ou sectionnés sous-estime l'âge de 1–15 ans, avec une moyenne de 6 ans. Les taux de croissance estimés à l'aide du modèle de récupération des étiquettes GROTAG s'accordent avec les taux de croissance basés sur les analyses de radiocarbone et ils équivalent à moins de la moitié des taux de croissance signalés antérieurement. L'incapacité des coupes d'otolithes à permettre une détermination précise de l'âge est rare, mais elle peut être caractéristique des espèces à croissance très lente qui possèdent des otolithes de forme inhabituelle. Les flétans du Groenland qui vivent dans un environnement arctique en mer profonde ont une croissance plus lente et une longévité plus grande qu'on ne le croyait antérieurement, ce qui indique que la gestion actuelle de la pêche commerciale structurée d'après l'âge devrait être réexaminée avec soin. Nos résultats illustrent bien l'importance d'utiliser des tests rigoureux de l'exactitude des déterminations de l'âge chez les espèces exploitées et ils confirment que de telles méthodes de validation peuvent être utilisées avec succès dans des environnements qui présentent des défis considérables, comme les profondeurs de la mer ou l'Arctique.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles