Economic analysis of stand establishment for Scots pine

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Experimental data, a process-based forest growth model, and stand-level economic optimization were combined to investigate financial returns from investments for establishing Scots pine (Pinus sylvestris L.) stands in southern Finland. Four regeneration methods (planting, sowing, and natural regeneration with 25 or 100 seed trees·ha−1) and three intensities of soil preparation (unprepared, conventional harrowing, intensive harrowing) are compared. At a 1% interest rate, artificial regeneration by planting or sowing and high investment in soil preparation yielded the highest net present values. Natural regeneration involves low material and labor costs and becomes the optimal regeneration method at a 3% interest rate. Sowing and natural regeneration yielded equally good economic outcomes at a 5% interest rate. Owing to overlapping rotation periods, natural regeneration with a high number of seed trees yielded a long-run timber supply comparable to that obtained with artificial regeneration. However, constraints limiting density and retention time for seed trees involve additional costs with natural regeneration. Optimal thinning aimed at artificial regeneration may provide an attractive option for converting the stand to natural regeneration.

La rentabilité financière des investissements pour l'établissement de peuplements de pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) dans le sud de la Finlande a été évaluée à partir de la combinaison de données expérimentales, d'un modèle de croissance forestière basé sur les processus et d'une optimisation économique à l'échelle du peuplement. Quatre méthodes de régénération (plantation, ensemencement et régénération naturelle avec 25 ou 100 arbres semenciers·ha−1) et trois intensités de préparation de terrain (aucune préparation, hersage et hersage intensif) ont été comparées. Avec un taux d'intérêt de 1%, la régénération artificielle par plantation ou ensemencement avec un investissement élevé dans la préparation de terrain produit les valeurs actuelles nettes les plus élevées. La régénération naturelle, qui implique de faibles coûts en matériel et en main-d'œuvre, devient la méthode optimale de régénération pour un taux d'intérêt de 3%. L'ensemencement et la régénération naturelle produisent d'aussi bons retours sur l'investissement avec un taux d'intérêt de 5%. En raison du chevauchement des périodes de révolution, la régénération naturelle avec un nombre élevé d'arbres semenciers produit un approvisionnement à long terme comparable à celui que procure la régénération artificielle. Toutefois, les contraintes qui limitent la densité et le temps de rétention des arbres semenciers impliquent des coûts additionnels pour la régénération naturelle. Un scénario optimal d'éclaircies, appliqué à la régénération artificielle, pourrait offrir une option intéressante afin de convertir les peuplements en régénération naturelle.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles