Electrochemical behaviour of 1-{[(3-halophenyl)-imino]methyl}-2-naphthol Schiff bases on graphite electrodes

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

An electrochemical study of the reduction of 1-{[(3-halophenyl)imino]methyl}-2-naphthol compounds on graphite electrodes was carried out. All the compounds were dissolved in a 1:4 (volume fraction) mixture of tetrahydrofuran (THF) and methanol. NaClO4 (0.1 mol L−1) was used as the supporting electrolyte. Cyclic voltammetry, chronoamperometry, constant-potential coulometry (bulk electrolysis), and constant-potential preparative electrolysis were employed. The cyclic voltammetric data revealed that the reduction on graphite was irreversible and followed an EC mechanism. The diffusion coefficients and the number of electrons transferred were determined using the chronoamperometric Cottrell slope and the ultramicro electrode steady-state current. The number of electrons was also determined by bulk electrolysis. The products of the electroreduction were synthesized in milligram quantities by the use of constant-potential preparative electrolysis. These products were purified and characterized by spectroscopic methods. Based on these findings, a mechanism for the electroreduction process is proposed.

On a effectué une étude électrochimique de la réduction de 1-{[3-halophényl)imino]méthyl}-2-naphtols sur des électrodes de graphite. On a dissous tous les composés dans des mélanges 1:4 (v/v) de tétrahydrofurane (THF) et de méthanol. Du NaClO4 0,1 mol L−1 a été utilisé comme électrolyte de support et on a fait appel aux techniques des voltampérométrie cyclique, de chronoampérométrie, de coulométrie à potentiel constant (électrolyse globale) et d'électrolyse préparative à potentiel constant. Les données de voltampérométrie cyclique révèlent que la réduction sur le graphite est irréversible et qu'elle suit un mécanisme EC. On a déterminé les coefficients de diffusion et le nombre d'électrons transférés à l'aide de la pente chronoampérométrique de Cottrell et du courant d'état stationnaire d'une ultramicro électrode. On a aussi déterminé le nombre d'électrons par le biais de l'électrolyse globale. On a synthétisé les produits d'électroréduction en quantités de l'ordre du milligramme en faisant appel à des électrolyses préparatives à potentiel constant. Ces produits ont été purifiés et caractérisés par des méthodes spectroscopiques. Sur la base de ces observations, on propose un mécanisme pour le processus d'électroréduction.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles