Survivors’ experiences of return to work following cancer: A photovoice study

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Background.

For many working-age cancer survivors, return to work represents a quality-of-life indicator. However, there is currently a lack of resources to assist survivors with navigating this process.

Purpose.

As a first step toward informing resources to address this gap, 10 female survivors’ return-to-work experiences were explored.

Method.

Photovoice methods were combined with interviews. Photographs and text were analyzed to identify key themes.

Findings.

Return to work was psychosocially motivated. Survivors independently decided if they would take leave and, if so, when they would return to work. Successful work reintegration was characterized as respectful, collaborative, and customized to each survivor’s ongoing limitations and variable recovery.

Implications.

The findings underscore a holistic, client-centred, and collaborative approach to successful return to work with cancer survivors. Occupational therapists, with their vocational rehabilitation knowledge and responsive practice philosophy, are well positioned to address this gap in survivorship support.

Description.

Pour de nombreuses personnes en âge de travailler ayant survécu à un cancer, le retour au travail représente un indicateur de la qualité de vie. Cependant, on constate actuellement un manque de ressources pour accompagner les survivants tout au long de ce processus.

But.

Dans une première étape visant à orienter les ressources en vue d’aborder cette lacune, les expériences vécues par 10 survivantes face à leur retour au travail ont été explorées.

Méthodologie.

Des méthodes photovoice ont été combinées à des entrevues, puis des photographies et des textes ont été analysés en vue de dégager les principaux thèmes.

Résultats.

Le retour au travail a été influencé par des facteurs psychosociaux. Les survivantes avaient décidé de manière autonome si elles souhaitaient s’absenter du travail, et si c’était le cas, elles aussi avaient décidé du moment où elles retourneraient au travail. La réintégration au travail réussie était décrite comme étant respectueuse, axée sur la collaboration et adaptée aux limitations et au rythme de rétablissement variable de chaque survivante.

Conséquences.

Les résultats mettent en évidence l’importance d’offrir une approche globale, collaborative et centrée sur la personne pour favoriser la réintégration au travail des survivants d’un cancer. Compte tenu de leurs connaissances sur la réadaptation professionnelle et de leur philosophie de la pratique adaptée aux besoins de la personne, les ergothérapeutes sont dans une position idéale pour aborder le manque de soutien aux survivants d’un cancer.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles