Mechanism of the acute pressor effect and bradycardia elicited by diaspirin crosslinked hemoglobin in anesthetized rats

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Diaspirin crosslinked hemoglobin (DCLHb) is a chemically stabilizedhemoglobin (Hb) that induces an increase in blood pressure and a decrease of heart rate wheninjected intravenously in some animals. The mechanism by which DCLHb elicits thesehemodynamic effects was studied in pentobarbital-anesthetized, vagotomized rats using a varietyof drugs known for their inhibitory action towards endogenous hemodynamically active systems. The hypertensive episode elicited by DCLHb (100 or 400 mg·kg–1) was attenuatedin animals pretreated with NG-nitro-L-arginine (inhibitor of nitric oxidesynthases) throughout the 30-min period of observation, but it was not reduced in thosepretreated with a variety of sympatholytic drugs (e.g., prazosin), atropine, BIBP-3226(neuropeptide Y antagonist), indomethacin,[1-(Beta-mercapto-Beta, Beta-cyclopentanemethylene propionic acid), 2-(0-methyl)tyrosine]-Arg8 vasopressin (vasopressin antagonist), losartan (angiotensin antagonist), bosentan (endothelin antagonist), or L-arginine- (nitric oxide precursor), compared withcontrol animals. With the exception of propranolol and BIBP-3226, none of the aforenamedinhibitors reduced the amplitude of the bradycardia associated with the pressor effect of DCLHb. These results suggest that: (i) the acute (<30 min) pressor activity of DCLHb inour animal model requires the presence of an endogenous nitric oxide generating system to beexpressed; (ii) the bradycardia elicited by DCLHb might involve the participation ofneuropeptide Y and (or) its NPY-1 receptors, but it is unlikely to involve abaroreceptor-mediated vagal reflex, at least in our animal model.

L'hémoglobine «diaspirin crosslinked» (DCLHb) est unehémoglobine (Hb) stabilisée chimiquement qui provoque une augmentation de pressionartérielle et une chute de fréquence cardiaque lorsqu'elle est injectée par voie intraveineusechez certains animaux. Le mécanisme par lequel la DCLHb cause ses effets hémodynamiques aété étudié chez le rat anesthésié au pentobarbital et vagotomisé, à l'aide d'une variété demédicaments connus pour leur action inhibitrice vis-à-vis des systèmes endogènes actifs surl'hémodynamie. L'épisode d'hypertension induit par la DCLHb a été atténué chez lesanimaux ayant reçu un traitement préalable avec la NG-nitro-L-arginine(inhibiteur des synthases de l'oxyde nitrique), pendant toute la période d'observation de30 min utilisée, mais il ne fut pas réduit chez les animaux ayant reçu une variété d'agentssympatholytiques (e.g., prazosine), de l'atropine, du BIBP-3226 (inhibiteur du neuropeptide Y), de l'indométhacine, du «[1-(Beta-mercapto-Beta, Beta-cyclopentanemethylene propionic acid), 2-(0-methyl)tyrosine]-Arg8 vasopressin» (inhibiteur de la vasopressine), du losartan (inhibiteur del'angiotensin II), du bosentan (inhibiteur des endothélines), ou de l'arginine (précurseur del'oxyde nitrique), en comparaison avec les animaux témoins. À l'exception du propranolol etdu BIBP-3226, aucun des inhibiteurs pré-cités, n'a réduit l'amplitude de la bradycardieassociée à l'effet presseur de la DCLHb. Ces résultats suggèrent que (i) l'effetpresseur aigu (<30 min) de la DCLHb dans notre modèle expérimental requiert la présenced'un système endogène producteur d'oxyde nitrique pour son expression; (ii) labradycardie induite par la DCLHb pourrait imipliquer la participation du neuropeptide Y et (ou)de ses récepteurs NPY-1, mais il est peu probable qu'elle soit due à un réflexe vagal médiépar les barorécepteurs.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles