The effects of ketorolac and morphine on articular cartilage and synovium in the rabbit knee joint

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Analgesics are commonly injected intra-articularly for analgesia after arthroscopic surgery, especially of knee joints. The aim of this study was to research the effects of ketorolac and morphine on articular cartilage and synovial membrane. This study used rabbit right and left hind knee joints. The treatments, saline, morphine, or ketorolac, were administered intra-articularly 24 h after injection, and 5 joints from animals in each drug group were chosen randomly to form Group I and subgroups of Group I. The same procedures were applied after 48 h and 10 days of injection to form Groups II and III, respectively, and subgroups of these groups. Knee joints were excised and a blinded observer evaluated the histopathology according to inflammation of the articular cartilage, inflammatory cell infiltration, hypertrophy, and hyperplasia of the synovial membrane. No histopathological changes were found in the control groups. In the ketorolac and morphine groups, there were varying degrees of synovial membrane inflammatory cell infiltration and minimal, mild, or moderate synovial membrane cell hyperplasia or hypertrophy. Except for the ketorolac group at 24 h, both ketorolac and morphine groups showed more histopathological changes than controls (p < 0.05). Morphine and ketorolac both cause mild histopathological changes in rabbit knee joints, morphine causing more than ketorolac, but both of the drugs can be used intra-articularly with safety.

Des analgésiques sont fréquemment injectés par voie intra-articulaire après une chirurgie arthroscopique, en particulier de l'articulation du genou. Cette étude portait sur les effets du ketorolac et de la morphine sur le cartilage articulaire et la membrane synoviale. Cette étude s'est servie des articulations des genoux des pattes postérieures droite et gauche de lapins. Une solution saline, de la morphine ou du ketorolac ont été administrés par voie intra-articulaire. Vingt-quatre heures après les injections, 5 articulations de chacun des 3 groupes ont été choisies au hasard pour former le groupe I et les sous-groupes du groupe I. Les mêmes procédures ont été appliquées 48 heures et 10 jours après l'injection, et les groupes II et III, ainsi que les sous-groupes de ces groupes, ont respectivement été formés. Les articulations des genoux ont été excisées et un observateur travaillant en aveugle a évalué l'histopathologie en fonction de l'inflammation du cartilage articulaire, de l'infiltration de cellules inflammatoires, et de l'hypertrophie et de l'hyperplasie de la membrane synoviale. Aucun changement histopathologique n'a été décelé dans les groupes témoins. Dans les groupes du ketorolac et de la morphine, différents degrés d'infiltration de cellules inflammatoires dans la membrane synoviale et une hypertrophie ou une hyperplasie faible ou modérée des cellules de la membrane synoviale ont été observés. Sauf pour le groupe du ketorolac à 24 heures, les changements histopathologiques étaient plus grands dans les groupes de la morphine et du ketorolac que dans les groupes témoins (p < 0,05). La morphine et le ketorolac causent tous deux de légers changements histopathologiques dans l'articulation des genoux du lapin, la morphine plus que le kétorolac, mais l'utilisation par voie intra-articulaire de ces deux médicaments est sécuritaire.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles