Separation of large mammalian ventricular myosin differing in ATPase activity

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

To investigate a possible heterogeneity of human ventricular myosin, papillary muscles of patients with valvular dysfunction were examined using a modified native gel electrophoresis. Myosin was separated into 2 components termed VA and VB, whereby the VA to VB proportion appeared to depend on the ventricular load. The proportion of the faster migrating band VA was correlated (P < 0.05) with end-diastolic pressure and the aortic pressure-cardiac index product. The regression based on these variables accounted for 67% of the variation in VA (R2 = 0.67). The VA proportion was, however, not significantly correlated with cardiac norepinephrine concentration. The ATPase activity of the 2 components of myosin was assessed from the Ca3(PO4)2 precipitation by incubating the gel in the presence of ATP and CaCl2. The ATPase activity of VA was 60% of that of VB. The VA and VB forms were observed also in the cat (31.4% VA), dog (32.1% VA), pig (28.5% VA), wild pig (33.7% VA), and roe deer (30.5% VA). VA and VB were not detected in the rat exhibiting the 3 isoforms V1, V2, and V3, rabbit (100% V3), and hare (86% V1). The data demonstrate a heterogeneity of large mammalian ventricular myosin, whereby an increased cardiac load appeared to be associated with a higher myosin VA proportion that exhibited a reduced ATPase activity.

On a examiné la possible hétérogénéité de la myosine ventriculaire humaine dans des muscles papillaires de patients présentant une dysfonction valvulaire, en utilisant une technique d'électrophorèse sur gel native modifiée. On a séparé la myosine en 2 composants, VA et VB, où la proportion de VA à VB a semblé dépendre de la charge ventriculaire. La proportion de la bande de migration plus rapide, VA, a été corrélée (P < 0,05) avec la pression en fin de diastole et le produit pression aortique-index cardiaque. L'analyse de régression basée sur ces variables a rendu compte de 67% de la variation de VA (R2 = 0,67). Toutefois, la proportion de VA n'a pas été corrélé de manière significative avec la concentration de norépinéphrine cardiaque. On a évalué l'activité ATPasique des composants de myosine à partir de la précipitation du Ca3(PO4)2, en incubant le gel en présence d'ATP et de CaCl2. L'activité ATPasique de VA a été de 60% de celle de VB. Les formes VA et VB ont été observées chez le chat (31,4% VA), le chien (32,1% VA), le porc (28,5% VA), le cochon sauvage (33,7% VA) et le chevreuil (30,5% VA), mais elles n'ont pas été détectées chez le rat, présentant les trois isoformes V1, V2 et V3, le lapin (100% V3) et le lièvre (86% V1). Les résultats démontrent une hétérogénéité de la myosine ventriculaire des gros mammifères, où une augmentation de la charge cardiaque a semblé être associée à une plus grande proportion de la forme VA de la myosine, qui a présenté une plus faible activité ATPasique.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles