Perceived preparedness for family practice: Does rural background matter?

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Introduction:

Rural background and the ability to adjust to rural practice are strong predictors of recruitment and retention of rural physicians. The degree to which rural background and being prepared for practice interrelate may provide insight into efforts aimed at increasing the supply of rural physicians. The purpose of this study was to examine the association between family medicine graduates’ rural or urban background and their self-reported preparedness for practice.

Methods:

This was a retrospective, cross-sectional survey of family medicine graduates who completed the 2-year family medicine residency program at the University of Alberta or University of Calgary from 2001 to 2005. Self-rated preparedness was examined on a 4-point Likert scale for 18 elements of clinical family practice, 8 interdisciplinary issues, 10 practice management issues and 8 nonclinical aspects of family practice. Rural background was defined as having been brought up mainly in a rural community (population < 25 000), and urban background was defined as having been brought up mainly in an urban community (population ≥ 25 000).

Results:

A significantly greater proportion of rural- than urban-background graduates felt prepared for 3 nonclinical aspects of rural practice: time demands of rural practice (95.0% v. 79.3%, p = 0.03), understanding rural culture (92.5% v. 70.2%, p = 0.005) and small-community living (92.5% v. 70.2%, p = 0.003).

Conclusion:

Rural background was associated with physicians feeling prepared for the nonclinical and cultural aspects of rural family practice, which suggests that focused rural exposure facilitates an understanding of rural culture. Urban-background physicians were reportedly less prepared for the nonclinical aspects of rural practice. Increased exposure of urban-background residents to the cultural aspects of rural practice may improve recruitment and retention of rural family physicians.

Introduction:

Des origines rurales et la capacité de s’adapter à une pratique en milieu rural sont de solides prédicteurs du recrutement et de la rétention des médecins en milieu rural. Le degré d’interconnexion entre des antécédents ruraux et une préparation à la pratique pourrait appuyer les efforts visant à faire augmenter les effectifs médicaux en milieu rural. Le but de cette étude était d’analyser le lien entre les origines rurales ou urbaines des diplômés en médecine familiale et leur perception de leur degré de préparation à la pratique.

Méthodes:

Il s’agit d’un sondage rétrospectif transversal mené auprès de diplômés en médecine familiale qui ont terminé un programme de résidence de 2 ans en médecine familiale à l’Université de l’Alberta ou à l’Université de Calgary entre 2001 et 2005. On a examiné le degré de préparation autoperçu au moyen d’une échelle de Likert en 4 points appliquée à 18 éléments de la pratique en médecine familiale, 8 questions interdisciplinaires, 10 questions de gestion de la pratique et 8 aspects non cliniques de la pratique. Les origines rurales se définissaient par le fait d’avoir été élevé principalement dans une communauté rurale (population < 25 000) et les origines urbaines se définissaient par le fait d’avoir été élevé principalement dans une communauté urbaine (population ≥ 25 000).

Résultats:

Une proportion significativement plus grande de diplômés d’origine rurale plutôt que d’origine urbaine se sont dit préparés pour 3 aspects non cliniques de la pratique en milieu rural: contraintes de temps associées à la pratique en milieu rural (95 % c. 79,3 %, p = 0,03), compréhension de la mentalité rurale (92,5 % c. 70,2 %, p = 0,005) et vie dans une petite communauté (92,5 % c. 70,2 %, p = 0,003).

Conclusion:

On a établi un lien entre les origines rurales et le fait que les médecins se sentent préparés pour les aspects non cliniques et culturels de la pratique de la médecine familiale en milieu rural, ce qui donne à penser qu’une exposition à la ruralité facilite la compréhension de cette mentalité. Les médecins d’origine urbaine étaient, selon les rapports, moins préparés aux aspects non cliniques de la pratique en milieu rural. Exposer davantage les résidents d’origine urbaine aux aspects culturels de la pratique en milieu rural pourrait améliorer le recrutement et la fidélisation des médecins de famille en milieu rural.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles