The Advanced Trauma Operative Management course in a Canadian residency program

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Background

The Advanced Trauma Operative Management (ATOM) course was first introduced into Canada in 2003 at the University of Toronto, with senior general surgery residents being the primary focus. We present an assessment of the course in this Canadian general surgery residency program.

Methods

We compared trainees' pre-and postcourse self-efficacy scores and multiple choice question (MCQ) examination results, using paired t tests and resident (n = 24) and faculty (n = 7) course ratings made according to a 10-item, 5-point Likert scale. Faculty were previously trained as ATOM instructors.

Results

Mean pre-and postcourse self-efficacy scores were 68.9 (standard deviation [SD] 24.0) and 101.4 (SD 14.8), respectively (p < 0.001). Mean pre-and post-MCQ scores were 16.4 (SD 3.2) and 18.8 (SD 2.7), respectively (p = 0.006). On the Likert scale (1 = strongly disagree, 5 = strongly agree), all faculty and residents rated the following items as 4–5: objectives were met; knowledge, skills, clinical training, judgment and confidence improved; the live animal is a useful representation of clinical trauma; and the course should be continued but would be more appropriate for the fourth rather than the fifth year of residency. Residents rated as 1–2 the item that the human cadaver would be preferable for learning the surgical skills. Of 24 residents, 20 rated as 3 or less the item stating that the course prepares them for trauma management more adequately than their regular training program.

Conclusion

Self-efficacy, trauma knowledge and skills improved significantly with ATOM training. Preference was expressed for the live animal versus cadaver model, for ATOM training in the fourth rather than fifth year of residency and for the view that it complements general surgery trauma training. The data suggest that including ATOM training in Canadian general surgical residency should be considered.

Contexte

Donné pour la première fois au Canada en 2003 à l'Université de Toronto, le cours de gestion opératoire avancée des traumatisés (Advanced Trauma Operative Management ou ATOM) visait d'abord les résidents finissants en chirurgie générale. Nous présentons une évaluation du cours dans le contexte de ce programme canadien de résidence en chirurgie générale.

Méthodes

Nous avons comparé les résultats évalués par les apprenants de leur efficacité avant et après le cours et les résultats d'examens à choix multiples (ECM) en utilisant des test t jumelés et des évaluations du cours faites par des résidents (n = 24) et des enseignants (n = 7), fondés sur une échelle Likert à 5 points et à 10 questions. Les enseignants avaient reçu auparavant de la formation comme chargés de cours ATOM.

Résultats

Les résultats moyens de l'autoefficacité avant et après le cours se sont établis à 68,9 (écart-type [ET] 24,0) et à 101,4 (ET 14,8), respectivement (p < 0,001). Les résultats moyens avant et après l'ECM se sont établis à 16,4 (ET 3,2) et 18,8 (ET 2,7), respectivement (p = 0,006). Sur l'échelle de Likert (1 = fortement en désaccord, 5 = fortement d'accord), tous les enseignants et les résidents ont attribué une cote de 4 ou 5 aux points suivants : objectifs atteints; connaissances générales et compétences techniques, formation clinique, jugement et confiance améliorés; l'animal vivant constitue une représentation utile du traumatisme clinique; il faudrait continuer d'offrir le cours, mais il conviendrait davantage de le faire en quatrième année de résidence plutôt qu'en cinquième. Les résidents accordent une cote de 1 ou 2 à la question selon laquelle le cadavre humain serait préférable pour apprendre les techniques chirurgicales. Vingt résidents sur 24 ont attribué une cote de 3 ou moins à la question où l'on affirme que le cours les prépare à gérer les traumatismes plus adéquatement que leur programme de formation ordinaire.

Conclusion

La formation ATOM a amélioré considérablement l'efficacité auto-évaluée, la connaissance des traumatismes et les compétences techniques. On a affirmé préférer l'animal vivant plutôt que le modèle avec cadavre, la formation ATOM en quatrième année de résidence plutôt qu'en cinquième et l'opinion selon laquelle cette formation complète la formation en chirurgie générale des traumatisés. Les données indiquent qu'il faudrait envisager d'ajouter la formation ATOM à la résidence en chirurgie générale au Canada.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles