Parent-offspring discrimination in the prairie vole and the effects of odors and diet

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

The objectives of this study on the prairie vole (Microtus ochrogaster) were to determine whether (i) parents are able to distinguish their own young from alien young, (ii) conspecific odors influence parent-offspring discrimination, and (iii) diet affects the cues used in parent-offspring discrimination. Parent-offspring discrimination was inferred from differential behaviors directed by adults towards their own offspring and alien offspring. In experiment 1, parent-offspring dyads showed high frequencies of cohesive behaviors and low frequencies of agonistic behaviors, while dyads of adults and alien offspring showed significantly more agonistic and fewer cohesive behaviors. In experiment 2, dyads of parents with their own offspring were tested in an arena containing their own soiled shavings, soiled shavings from another family, or clean shavings. Dyads engaged in significantly fewer investigatory behaviors and more cohesive behaviors when tested with their own familiar odors than when tested with unfamiliar odors or odors from clean shavings. In experiment 3, we tested dyads of unrelated adults and young that had been fed either the same or different dietary supplements. There were no significant differences in the frequencies of investigatory, cohesive, or agonistic behaviors in dyads fed the same diet and those fed a different diet.

Nous avons étudié les relations parents-jeunes chez le Campagnol des Prairies (Microtus ochrogaster) afin de déterminer (i) si les parents sont capables de distinguer leurs propres petits de petits d'une autre portée, (ii) si les odeurs conspécifiques influencent la discrimination parents-progéniture et (iii) si le régime alimentaire affecte les signaux utilisés pour fins de discrimination. Les comportements différentiels des adultes envers leurs propres petits et les petits d'une autre origine ont servi d'indices de la discrimination parents-progéniture. Au cours de l'expérience 1, des paires parent-jeune ont manifesté des comportements de cohésion très fréquents et peu de comportements agonistiques, alors que les paires adulte-jeune étranger avaient des comportements agonistiques fréquents et moins de comportements de cohésion. Au cours de l'expérience 2, des paires de parents avec leur propre petit ont été mis dans une enceinte contenant des mèches sales de leurs propres poils, des mèches sales de poils d'autres familles ou des mèches propres. Les paires de campagnols ont manifesté significativement moins de comportements d'investigation et plus de comportement de cohésion en présence de leur propre odeur familière qu'en présence d'odeurs non familières ou d'odeurs propres. Dans l'expérience 3, nous avons étudié des paires d'adultes et de jeunes non apparentés nourris des mêmes suppléments alimentaires ou de suppléments différents. Nous n'avons pas décelé de différence significative quant aux comportements d'investigation, aux comportements de cohésion ou aux comportements agonistiques, entre les paires nourries au même régime alimentaire et les paires soumises à des régimes différents.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles