The use of exposed diurnal roosts in Alberta by the little brown bat, Myotis lucifugus

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

The use of exposed diurnal roosts by the little brown bat, Myotis lucifugus, throughout the summer months is only known to occur among Alberta populations of this species. This study is the first to examine that behaviour. In total, 426 M. lucifugus using exposed anthropogenic surfaces as diurnal roosts were observed in the summers of 1985 and 1986. Bats were usually found alone, but groups of up to six individuals were seen. When found at these roosts, 98.8% of bats were at least 2 m from the ground and 95.1% were below an overhang. Bats were found on brick substrates in 89.0% of observations and in the corner between two surfaces in 57.0%. Bats were found on east-facing surfaces less frequently than expected under random distribution. Roost selection appears to have been based on several strategies, including thermoregulation, predator avoidance, and desiccation avoidance. After maternity roosts were vacated, the proportion of juveniles at exposed roosts was higher than their proportion in the total population. This may be the result of their inability to enter, or lack of knowledge of, many enclosed roosts used by adults.

Chez le Vespertilion brun, Myotis lucifugus, l'utilisation de dortoirs de jour à découvert au cours des mois d'été n'a été observée que chez les populations d'Alberta. Au total, 426 vespertilions ont été observés au repos sur des surfaces anthropogéniques au cours de la journée au cours des étés de 1985 et 1986. Les chauves-souris étaient généralement seules, mais des groupes pouvant contenir jusqu'à six individus ont été vus. Dans ces dortoirs, 98,8% des vespertilions étaient à au moins 2 mètres du sol et 95,1% se trouvaient sous une surface en surplomb. Les chauves-souris ont été trouvées sur un substrat de brique dans 89,0% des cas et dans l'angle entre deux surfaces dans 57,0% des cas. Il y avait moins de chauves-souris sur les surfaces orientées vers l'est que le nombre auquel on s'attendrait dans le cas d'une répartition aléatoire. Le choix d'un site de repos semble relever de plusieurs stratégies reliées à la thermorégulation, à la fuite des prédateurs et à l'évitement de la dessiccation. Après l'évacuation des pouponnières, la proportion des juvéniles aux dortoirs à découvert était plus élevée que leur proportion au sein de toute la population. Peut-être faut-il voir là le résultat de l'incapacité des juvéniles d'avoir accès aux dortoirs protégés utilisés par les adultes, ou peut-être est-ce le résultat de la diminution du nombre des adultes qui ont quitté les lieux pour gagner leurs hibernaculums. [Traduit par la Rédaction]

Related Topics

    loading  Loading Related Articles