Effects of edges and habitats on small mammals in a prairie ecosystem

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

To investigate the abundance and distribution of small mammals relative to edge in a fragmented prairie landscape, small mammals were trapped in south-central Saskatchewan from 1991 to 1993 in four different habitat types: idle pasture, delayed hay, dense nesting cover, and rights-of-way. In total, 995 small mammals, representing nine species, were captured on 14 182 trap-nights. No edge effect was recorded in idle pasture or dense nesting cover; however, an edge effect was observed in delayed hay fields. Edge effect across all habitats was dependent on season: relative abundance of small mammals was significantly higher along edges in spring but not in summer. Of the two most common species captured, Peromyscus maniculatus showed no affinity for edges, while Microtus pennsylvanicus was significantly more abundant along edges than in the habitat interior. Relative abundance of small mammals was highest in dense nesting cover, intermediate in delayed hay and along rights-of-way, and lowest in idle pasture. Relative abundance was also lower in spring than in summer. Species richness was higher along edges than in the habitat interior and was also greater in summer than in spring. Species diversity showed no edge or season effect.

Pour étudier l'abondance et la répartition des petits mammifères en fonction des bordures dans un paysage de prairie fragmenté, nous avons procédé au piégeage de petits mammifères dans le centre-sud de la Saskatchewan de 1991 à 1993, dans quatre types d'habitats: pâturages dormants, foin non coupé, sites de nidification à couverture touffue et zones de droits de passage. Au total, 995 petits mammifères appartenant à neuf espèces ont été capturés en 14 182 pièges-nuits. Aucun effet de bordure n'a été enregistré dans les pâturages dormants ou les zones de couverture touffue, mais l'effet de bordure a été observé dans les champs de foin non coupé. Dans tous les habitats, l'effet de bordure était fonction de la saison et l'abondance relative des petits mammifères était significativement plus élevée le long des bordures au printemps, mais pas en été. Chez les deux espèces capturées le plus fréquemment, Peromyscus maniculatus n'a manifesté aucune affinité pour les bordures, alors que Microtus pennsylvanicus était significativement plus commun le long des bordures qu'à l'intérieur des habitats. L'abondance relative était maximale dans les zones de couverture touffue, intermédiaire dans les zones de foin non coupé et les zones de droits de passage et minimale dans les pâturages dormants. L'abondance relative était également plus faible au printemps qu'en été. La richesse en espèces était plus grande dans les zones de bordure qu'à l'intérieur des habitats et plus grande au cours de l'été qu'au printemps. La diversité ne semble pas subir d'effet de bordure ou d'effet saisonnier.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles