Physiological tolerances of three sympatric riparian wolf spiders (Araneae: Lycosidae) correspond with microhabitat distributions

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Coexisting species from the same ecological guild often exhibit different adaptations to discontinuous, abiotic environmental factors. In the laboratory, we compared tolerance to thermal and desiccation stress among three sympatric wolf spiders (Pirata sedentarius Montgomery, 1904, Pardosa lapidicina Emerton, 1885, and Pardosa fuscula Thorell, 1875). In the field, we examined spatial structure across a microhabitat (moisture) gradient in a streamside cobble habitat where these three species are abundant. Female P. sedentarius succumbed more quickly to desiccation stress than females of either Pardosa species. In the absence of thermal stress, desiccation tolerance was high for both Pardosa species. However, P. fuscula appears to be more resistant to combined thermal and desiccation stress than P. lapidicina. These findings correspond with the results of the field survey; the distribution of P. sedentarius was the most restricted (by proximity to the shoreline) among the three species. Contingency analyses also revealed greater relative abundance of P. fuscula than P. lapidicina farther away from the creek. Further examination of spatial structure suggests that neither of these two species was restricted by proximity to the shoreline within the sampling grid.

Les espèces d'une même guilde écologique qui coexistent dans un même milieu possèdent souvent des adaptations différentes aux facteurs abiotiques discontinus. Nous avons comparé en laboratoire la tolérance aux stress de chaleur et de dessiccation chez trois espèces sympatriques de lycoses (Pirata sedentarius Montgomery, 1904, Pardosa lapidicina Emerton, 1885 et Pardosa fuscula Thorell, 1875). Nous avons examiné en nature la structure spatiale le long d'un gradient d'humidité du microhabitat dans un milieu de pierres près d'un cours d'eau où les trois espèces sont abondantes. Les femelles de P. sedentarius succombent plus rapidement au stress de dessiccation que les femelles des deux espèces de Pardosa. En absence de stress thermique, la tolérance à la dessiccation est élevée chez les deux espèces de Pardosa. Cependant, P. fuscula semble être plus résistant aux stress combinés de chaleur et de dessiccation que P. lapidicina. Ces résultats concordent avec les inventaires de terrain: parmi les trois espèces, P. sedentarius possède la répartition la plus restreinte (à proximité de la rive). Des analyses de contingence démontrent, de plus, une plus grande abondance relative de P. fuscula que de P. lapidicina à une certaine distance du cours d'eau. Un examen plus poussé de la répartition spatiale indique que ni l'une ni l'autre de ces espèces n'est restreinte par la proximité de la rive dans l'aire d'échantillonnage.[Traduit par la Rédaction]

Related Topics

    loading  Loading Related Articles