Do parasites affect burrowing activity and emergence of sand hoppers, : Talitridae)?Talorchestia: Talitridae)?quoyana: Talitridae)? (Amphipoda: Talitridae)?

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Sand hoppers (Amphipoda: Talitridae) are semiterrestrial crustaceans that feed upon stranded kelp. Their burrowing behaviour plays an important role in reintroducing nutrients into the sediment. The most abundant sand hopper on New Zealand's beaches is Talorchestiaquoyana Milne-Edwards, 1840. It is host to a parasitic mermithid nematode, Thaumamermiszealandica Poinar, Latham and Poulin, 2002, which invariably kills its sand hopper host by emerging to complete its maturation and reproduction in a moist sand environment. The aim of the present study was to assess if the burrowing behaviour of Ta. quoyana showed pathologic consequences of infection by Th. zealandica. Two experiments were conducted to assess temporal variation in sand hopper burrowing in vitro. Parameters measured included the hour after sunrise and sunset that sand hoppers first emerged and the number of surface visits in the first hour after emergence. Across experiments, sand hopper burrowing behaviour showed considerable heterogeneity related to sand hopper length, sand hopper distribution, experimental series, and experimental moisture conditions. The presence of parasites was not a significant factor in determining sand hopper burrowing behaviour. The lack of pathological effect is surprising given the relative size of Th. zealandica.

Les puces de sable (Amphipoda: Talitridae) sont des crustacés semi-terrestres qui se nourrissent de varech échoué. Leur comportement fouisseur joue un rôle important dans l'enfouissement des nutriments dans le sédiment. La puce de sable la plus abondante sur les plages de la Nouvelle-Zélande est Talorchestia quoyana Milne-Edwards, 1840. Elle sert d'hôte à un nématode mermithidé parasite, Thaumamermis zealandica Poinar, Latham et Poulin, 2002, qui finit toujours par tuer son hôte, la puce de sable, lorsqu'il émerge pour compléter sa maturation et sa reproduction dans un milieu de sable humide. Le but de notre étude est d'évaluer si le comportement fouisseur de Ta. quoyana montre des signes pathologiques lors d'une infection à Th. zealandica. Nous avons mené deux expériences pour évaluer la variation temporelle du comportement fouisseur de la puce de sable in vitro. Les variables mesurées incluent les heures de la première émergence des puces de sable après le lever et le coucher du soleil, ainsi que le nombre de visites en surface faites dans l'heure qui suit l'émergence. D'une expérience à l'autre, les puces de sable affichent des comportements très hétérogènes en fonction de leur longueur corporelle et de leur répartition, ainsi que de la série expérimentale et des conditions expérimentales d'humidité. La présence de parasites n'est pas un facteur significatif dans la détermination du comportement fouisseur des puces de sable. L'absence d'effets pathologiques est étonnante, étant donné la taille relative de Th. zealandica.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles