Seasonal occurrence and removal of polycyclic and nitro musks from wastewater treatment plants in Ontario, Canada


    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Polycyclic and nitro musk (PNM) fragrances in personal care products persist and bioaccumulate in the environment following wastewater discharges and land application of biosolids. Influent and effluent concentrations, seasonal variations, and process removal efficiencies of 11 PNMs were investigated at six wastewater treatment plants representing four typical Canadian treatment processes: lagoon, oxidation ditch, extended aeration, and conventional activated sludge. Influent concentrations were as high as 40 000 ng/L for polycyclic musks and 400 ng/L for nitro musks, and showed some seasonal fluctuation. Effluent concentrations were as high as 4000 ng/L and 150 ng/L for polycyclic and nitro musks, respectively. Lagoon treatment produced the highest percent removal (>95%) and the lowest effluent concentrations of PNMs, with process temperature exerting some influence on removal. Results indicate that simple hydraulic or solids retention time are not strong predictors of PNM removals from wastewater. Effluent PNM concentrations were extrapolated to all treatment plants in the watershed to estimate concentrations along the Grand River and its tributaries.RésuméLes fragrances de musc nitré et polycyclique (MNP) dans les produits d'hygiène personnelle persistent et s'accumulent dans l'environnement après rejets des eaux usées et épandage de biosolides. Les concentrations des influents et des effluents, les variations saisonnières, et l'efficacité des processus d'élimination de 11 MNPs ont été étudiées dans six stations d'épuration représentant quatre processus de traitement Canadiens typiques: lagune, fosse d'oxydation, aération prolongée, et boues activées classiques. Les concentrations des influents atteignaient 40 000 ng/L pour les muscs polycycliques, et 400 ng/L pour les muscs nitrés, et montraient certaines fluctuations saisonnières. Les concentrations des effluents atteignaient 4000 ng/L et 150 ng/L respectivement pour les muscs polycycliques et nitrés. Le traitement en lagune produit le pourcentage d'élimination le plus élevé (>95%) et la plus faible concentration en effluent de MNPs, la température du processus exerçant une certaine influence sur l'élimination. Les résultats indiquent que le temps de rétention hydraulique ou le temps de rétention des solides ne sont pas de bons prédicteurs des éliminations de MNP des eaux usées. Les concentrations d'effluents en MNP ont été extrapolées à l'ensemble des usines de traitement dans le bassin afin d'estimer les concentrations le long de la Rivière Grand et de ses affluents.

    loading  Loading Related Articles