Cervical spine abnormalities associated with Down syndrome

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Atlantoaxial instability (AAI) affects 10–20% of individuals with Down syndrome (DS). The condition is mostly asymptomatic and diagnosed on radiography by an enlarged anterior atlanto-odontoid distance. Symptomatic AAI, which affects 1–2% of individuals with DS, manifests with spinal cord compression. Cervical spondylosis, which is common in DS, also has the potential for cord damage but it has received less attention because paediatric populations were mostly studied. Forty-four Kuwaiti subjects with DS, whose ages were ≥15 years, were evaluated clinically and radiographically. Lateral neck radiographs were taken in the neutral and flexion positions. Asymptomatic AAI was diagnosed in eight subjects (18%) and congenital anomalies of C1–2 were found in five (12%). Five patients had AAI in flexion only while three patients had it in both views. Three patients with AAI had odontoid anomalies contributing to the condition. When assessing AAI, the posterior atlanto-odontoid distance has to be considered because it indicates the space available for the cord. Cervical spondylosis was noted in 16 (36%) subjects. Degenerative changes increased with age, occurred earlier than in the normal population, and affected mostly the lower cervical levels. Half the patients with AAI had cervical spondylosis, a comorbidity that puts the cord at increased risk.

L'instabilité de la charnière occipito atloïdienne affecte 10 à 20% des sujets présentant un Down syndrome (trisomie 21). Cette instabilité est souvent asymptomatique et seulement diagnostiquée sur les radiographies qui montrent un élargissement de la distance antérieure atloïdo-odontoide. L'asymptologie de l'instabilité occipito atloïdienne affecte 1 à 2% des sujets présentant un Down syndrome avec des signes manifestes de compression médullaire. La spondylose cervicale qui est habituelle dans le Down syndrome peut potentialiser des lésions de la moelle. 44 sujets Koweitis présentant un Down syndrome dont l'âge était supérieur à 15 ans ont été évalués cliniquement et radiographiquement. Des radiographies de la colonne cervicale de profil ont été effectuées en position neutre et en position de flexion. Une instabilité occipito atloïdienne a été diagnostiquée chez 8 sujets (18%) avec des anomalies congénitales de C1 C2, chez 5 sujets (12%). 5 patients présentaient une instabilité uniquement en flexion et 3 patients présentaient une telle instabilité sur tous les clichés. 3 patients avec une instabilité occipito atloïdienne présentaient des anomalies de l'odontoide aggravant encore les conditions locales. Lorsqu'il existe une instabilité occipito atloïdienne, la distance C1 odontoide doit être évaluée car elle indique l'espace possible pour la moelle. Une spondylolyse cervicale a été relevée chez 16 patients (36% des sujets). Avec l'âge, les lésions dégénératives peuvent évoluer, survenant plus tôt que dans la population normale et peuvent léser les différents niveaux de la colonne cervicale. La moitié des patients avec une instabilité occipito atloïdienne ont une spondylolyse cervicale, avec une co-morbidité entraînant une moelle à risque.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles