Role of Nasopharyngeal Reflux in the Etiology of Otitis Media with Effusion

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Objectives:

To investigate nasopharyngeal reflux in children with otitis media with effusion (OME) using 24-hour dual-probe pH monitoring and to determine whether nasopharyngeal reflux has a role in the etiology of OME.

Methods:

The study was performed in 20 children with OME and adenoid hypertrophy (± tonsillar hypertrophy) and in 20 controls who had adenoid hypertrophy (± tonsillar hypertrophy) without any ear problems. All subjects underwent 24-hour pH monitoring with a dual probe. The proximal probe was placed in the nasopharynx in this procedure.

Results:

In the study group, 25% (5 of 20) of the patients were found to have nasopharyngeal reflux and 30% (6 of 20) of them were found to have esophageal reflux. On the other hand, nasopharyngeal reflux was detected in 3 (15%) of 20 children in the control group, whereas esophageal reflux was detected in 3 (15%) of them. When the groups were compared for the incidence of nasopharyngeal reflux and esophageal reflux, the difference was not found to be statistically significant (p > .05).

Conclusions:

We detected higher nasopharyngeal and esophageal reflux rates in the OME group, although the difference between the groups studied was not statistically significant. This issue must be addressed in new studies performed in larger series.

Objectifs:

L'étude visait à détecter la présence de reflux nasopharyngien chez des enfants souffrant d'une otite moyenne avec épanchement (OME) par la surveillance du pH sur 24 heures à l'aide d'une double sonde et à déterminer si le reflux nasopharyngien jouait un rôle dans l'apparition de l'OME.

Méthode:

L'étude a été menée chez 20 enfants présentant une OME et une hypertrophie des végétations adénoïdes (± hypertrophie des amygdales) et chez 20 témoins présentant une hypertrophie des végétations adénoïdes (± hypertrophie des amygdales) mais pas de problèmes d'oreille. Tous les sujets ont été soumis à la surveillance du pH sur 24 heures à l'aide d'une double sonde, et la sonde proximale a été placée dans le nasopharynx, dans la présente intervention.

Résultats:

Dans le groupe index, 25% (5 sur 20) des patients présentaient du reflux nasopharyngien, et 30% (6 sur 20) présentaient du reflux oesophagien, tandis que, dans le groupe témoin, la présence de reflux nasopharyngien a été détectée chez 3 (15%) enfants sur 20, et celle de reflux oesophagien a été détectée chez 3 (15%) sujets. Après comparaison des groupes aux fins de mesure de l'incidence du reflux nasopharyngien et du reflux oesophagien, l'écart s'est révélé non statistiquement significatif (p > .05).

Conclusions:

Nous avons relevé des taux de reflux nasopharyngien et de reflux oesophagien plus élevés dans le groupe de l'OME que dans le groupe témoin, mais l'écart entre les deux n'était pas statistiquement significatif. La question doit être approfondie dans de nouvelles études menées à grande échelle.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles