Selection of Procedures in Mental Subtraction: Use of Eye Movements as a Window on Arithmetic Processing

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Résumé

Les adultes qui ont recours à des procédures de calcul mental autres que la récupération directe pour résoudre des problèmes arithmétiques simples font généralement plus d’erreurs et répondent moins vite que ceux qui se fient exclusivement à la récupération. La présente étude a examiné comment ce temps supplémentaire était réparti entre les composantes du problème lorsque des adultes (n= 40) devaient résoudre des petits (par ex. 5–2) et gros (par ex. 17–9) problèmes de soustraction. Deux groupes de performance (ceux qui utilisent la récupération vs ceux qui privilégient les méthodes procédurales) ont été créés basés sur une analyse de regroupement à deux groupes en utilisant des statistiques dérivées de l’ancien modèle Gaussien des répartitions du du temps de réaction (TR) pour les petits et les gros problèmes. Les résultats de l’analyse de regroupement distinguaient les individus en se basant sur la fréquence avec laquelle ils avaient recours à la récupération contrairement aux stratégies procédurales appuyant la thèse voulant que les différences au niveau des valeurs mu et tau représentent les différences au niveau du choix de la stratégie utilisée. Les modèles de mouvements oculaires au fil du temps différaient aussi considérablement entre les regoupements, venant fortement appuyer la thèse voulant que les individus utilisaient différentes procédures de calcul mental pour résoudre ces problèmes. Nous en concluons que les modèles de mouvements oculaires peuvent être utilisés pour distinguer les individus qui utilisent aisément la récupération de ceux qui se fient davantage à des stratégies procédurales, même si les méthodes d’autoévaluation traditionnelles ne sont pas disponibles.

    loading  Loading Related Articles