Spontaneous Gaze Selection and Following During Naturalistic Social Interactions in School-Aged Children and Adolescents With Autism Spectrum Disorder

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Using a novel naturalistic paradigm allowing participants the freedom to spontaneously select and follow gaze cues in their environment, this study extends previous research conducted with younger children to determine whether school-age children with autism spectrum disorder (ASD, n = 17) demonstrate abnormal gaze following relative to typically developing (TD, n = 15) children. The participant and experimenter played a series of games, during which the experimenter pseudorandomly averted her gaze toward a social target (person) or a nonsocial target (object). A significant finding was that, relative to TD children, children with ASD were slower to follow the experimenter’s gaze relative to the start of the trial (social targets d = −.93 [−1.70, −.16], nonsocial targets d = −1.05 [−1.88, −.20]). When we analyzed the duration of glances to the experimenter, we found that the ASD group made longer glances relative to TD children, but only in the nonsocial target condition (social targets d = .01 [−.68, .71], nonsocial targets d = −.81 [−1.53, −.08]). Other analyses revealed patterns of gaze selection and following that may help interpret the main findings. Despite the differences in the timing of gaze selection and following, the most common type of responder in both groups was one who followed the experimenter’s gaze on over half of the trials. This pattern of results argues against a clear deficit in social attention in school-age children with ASD and underscores the importance of measuring both the timing of distinct mechanisms of social attention and the context in which these behaviors occur.

En utilisant un paradigme naturaliste novateur permettant aux participants de sélectionner et suivre spontanément les indices de regard dans leur environnement, cette étude vient approfondir des recherches précédemment menées auprès de jeunes enfants afin de déterminer si les enfants d’âge scolaire atteints du trouble du spectre de l’autisme (TSA, n = 17) affichent un suivi du regard anormal par rapport aux enfants au développement plus typique (DT, n = 15). Le participant et l’expérimentatrice se sont livrés à une série de jeux, durant lesquels l’expérimentatrice détournait son regard de manière pseudo-aléatoire vers une cible sociale (une personne) ou une cible non-sociale (un objet). Une autre constatation importante était que, relativement aux enfants DT, les enfants atteints du TSA prenaient plus de temps pour suivre le regard de l’expérimentatrice comparativement au début de l’essai (cibles sociales d = −0,93 [−1,70, −0,16], cibles non-sociales d = −1,05 [−1,88, −0,20]). Lorsque nous avons analysé la durée des regards dans la direction de l’expérimentatrice, nous avons noté que le regard des enfants du groupe TSA s’attardait davantage par rapport à leurs congénères du groupe DT, mais seulement dans les conditions de cibles non-sociales (cibles sociales d = 0,01 [0,68, 0,71], cibles non-sociales d = −0,81 [−1,53, −0,08]). D’autres analyses ont mis en lumière des schémas de sélection et de suivi de regard susceptibles de contribuer à l’interprétation des principaux résultats. Malgré les variances au niveau de la synchronisation de la sélection et du suivi du regard, le type de répondant le plus courant dans les deux groupes était celui qui suivait le regard de l’expérimentatrice pendant plus de la moitié des essais. Ce schéma de résultats s’oppose à un déficit clair d’attention sociale chez les enfants d’âge scolaire atteints du TSA et souligne l’importance de tenir compte des moments pendant lesquels se produisent les mécanismes distincts de l’attention sociale ainsi que du contexte dans lequel ces comportements se produisent.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles