Wandering Minds and Wavering Goals: Examining the Relation Between Mind Wandering and Grit in Everyday Life and the Classroom

    loading  Checking for direct PDF access through Ovid

Abstract

Here we examined the relation between mind wandering and the personality trait of ‘grit.’ Our hypothesis was that because mind wandering leads to a disruption of momentary goal completion, the tendency to mind wander might be inversely related to the completion of long-term goals that require sustained interest and effort (i.e., grittiness). In Study 1 we used online questionnaires and found that in everyday life, the propensity to mind wander was negatively correlated with individuals’ self-reported grittiness. Interestingly, the relation between mind wandering and grit was strongest for unintentional bouts of mind wandering (as compared with intentional mind wandering). We extended these findings in Study 2 by (a) using a more heterogeneous sample of participants, (b) including a measure of conscientiousness, and (c) including another measure of general perseverance. In addition to replicating our findings from Study 1, in Study 2 we found that the grit measure uniquely predicted spontaneous mind wandering over and above a measure of conscientiousness and an alternative measure of general perseverance. Lastly, in Study 3 we extend the relation between mind wandering and grit to the classroom, finding that mind wandering during university lectures was also related to self-reported grittiness. Taken together, we suggest that the propensity to experience brief lapses of attention is associated with the propensity to stick-with and complete long-term goals. We also provide evidence that when predicting mind wandering and inattention, measures of grit are not redundant with existing measure of conscientiousness and general perseverance.

Nous avons par les présentes examiné la relation entre le vagabondage de l’esprit et le trait de personnalité qui consiste à avoir du cran. Notre hypothèse était que puisque le vagabondage de l’esprit entraîne la perturbation momentanée de l’achèvement d’un objectif, la tendance de l’esprit au vagabondage pourrait être inversement liée à l’achèvement de buts à long-terme nécessitant un effort et un intérêt soutenus (c.-à-d. le niveau de cran). Dans l’étude 1, au moyen de questionnaires en ligne, nous avons découvert que dans la vie de tous les jours, la propension au vagabondage de l’esprit était négativement corrélée avec le niveau de cran auto-déclaré par les individus. Fait intéressant, la relation entre le vagabondage de l’esprit et le niveau de cran était à son plus fort lors d’épisodes involontaires de vagabondage de l’esprit (en comparaison avec le vagabondage de l’esprit volontaire). Nous avons appliqué ces observations à l’étude 2 en (a) utilisant un échantillon de participants plus hétérogène, (b) incluant une mesure de conscienciosité et (c) incluant une autre mesure de persévérance générale. En plus de reproduire nos observations de l’étude 1, nous avons découvert grâce à l’étude 2, que la mesure du niveau de cran permettait seulement de prédire le vagabondage de l’esprit spontané au-delà d’une mesure de la conscienciosité et d’une mesure alternative de persévérance générale. Finalement, dans l’étude 3, nous étendons la relation entre le vagabondage de l’esprit et le niveau de cran à la salle de classe, pour enfin constater que le vagabondage de l’esprit pendant les cours universitaires était également lié au niveau de cran auto-déclaré. À la lumière de ces résultats combinés, nous suggérons que la propension à expérimenter de courts laps d’attention est associée à la propension à respecter et à réaliser les objectifs à long-terme. Nous fournissons aussi des preuves à l’effet que les prévisions de vagabondage de l’esprit et d’inattention ne sont pas redondantes avec les mesures existantes de conscienciosité et de persévérance générale.

Related Topics

    loading  Loading Related Articles